Eglises d'Asie

Mgr Baylon appelle les familles à entourer les malades avant la fête de Notre-Dame de Lourdes

Publié le 11/02/2021




Le 9 février, quelques jours avant la Journée mondiale des malades, célébrée le 11 février à l’occasion de la fête de Notre-Dame de Lourdes, Mgr Joel Baylon, évêque de Legazpi, s’est adressé aux familles philippines en les invitant à entourer leurs proches malades. « Pour eux, la guérison physique n’est pas la seule chose qui compte ; ils ont aussi besoin d’attention, d’écoute et de compassion », a-t-il souligné. La Journée mondiale des malades a été introduite en 1992 par le saint Jean-Paul II. Cette année, malgré les restrictions sanitaires, Mgr Baylon a assuré que la mission de l’Église continue auprès des malades.

En 2018 à Manille, un prêtre philippin donne l’onction des malades durant la Journée mondiale des malades.

Le 9 février, Mgr Joel Baylon, évêque de Legazpi, a publié un message pastoral avant la Journée mondiale des malades, célébrée le 11 février (fête de Notre-Dame de Lourdes), en appelant les familles philippines à être des foyers d’amour et de compassion envers les malades. « Je voudrais souligner le grand rôle et la valeur de la famille. Pour les malades, la guérison physique n’est pas la seule chose importante, ils ont aussi besoin d’attention, d’écoute et de compassion de la part de leurs proches », a confié Mgr Baylon. La Journée mondiale des malades a été introduite en 1992 par le pape saint Jean-Paul II, qui a souhaité une journée spéciale de prière et d’offrande « pour les malades et pour le bien de l’Église ». Dans son message, l’évêque de Legazpi a souligné que tous les malades doivent pouvoir avoir une famille qui les aime et qui prend soin d’eux. « Ils doivent savoir que leurs proches se préoccupent d’eux. Selon le pape François, les malades ont besoin non seulement de guérison physique mais aussi d’une récupération holistique. » Mgr Baylon a également ajouté que même s’il peut être difficile de prendre soin d’un proche malade, il est essentiel de prier et d’être présent pour rendre les souffrances plus supportables. « Les gens doivent être à leurs côtés, pour qu’ils se sentent aimés. »

Célébrations en ligne et visites aux malades

Habituellement, pour la Journée mondiale des malades, les membres du clergé confessent et administrent le sacrement des malades ; cette année, les célébrations seront adaptées en raison des protocoles sanitaires. Malgré les restrictions du gouvernement, Mgr Baylon a assuré que la mission de l’Église auprès des malades continue. « Nous savons que la prière est toujours un élément essentiel et efficace dans toutes les missions de l’Église. Nous savons que la grâce de Dieu est toujours donnée, et qu’elle n’est pas limitée par la présence physique », a-t-il ajouté. L’évêque a également invité les membres du clergé à célébrer des messes pour les malades, et les laïcs à visiter leurs proches malades quand les circonstances le permettent. Il a également demandé aux paroissiens d’offrir des actes de charité, par exemple en donnant à des œuvres qui s’occupent des malades. « Nous espérons trouver des façons innovantes d’aider les malades cette année, à l’aide des nouvelles technologies », confie Dennis Domingo, membre de la Caritas locale, qui précise que des veillées de prières en ligne seront organisées pour les malades. « Nous allons organiser un chapelet en ligne à l’intention des malades. Mais c’est aussi toute notre nation qui est malade. Nous avons besoin de guérir individuellement et en tant que nation », ajoute-t-il.

(Avec Ucanews, Manille)


CRÉDITS

Angie de Silva