Eglises d'Asie

Moluques : un évêque indonésien dénonce les groupes politiques qui profitent de la crise à leurs fins

Publié le 04/06/2020




Mgr Petrus Canisius Mandagi, évêque d’Ambon, dans la province des Moluques, dans le sud-est de l’archipel indonésien, s’en est pris à certains groupes politiques et individus qui tenteraient de profiter de la crise sanitaire et économique pour en retirer des avantages politiques et en tirer profit. Des propos partagés en direct durant son homélie, ce dimanche 31 mai depuis la cathédrale Saint-François-Xavier d’Ambon. Stanislaus Riyanta, un analyste de l’université de Jakarta, approuve le commentaire de l’évêque et évoque « des groupes politiques qui attisent la colère populaire et appellent les gens à affaiblir un gouvernement légitime ».

Mgr Petrus Canisius Mandagi, évêque d’Ambon dans la province des Moluques, s’est indigné de certaines personnes ou organisations qui exploitent le chaos provoqué par le Covid-19 afin d’en retirer des avantages économiques ou politiques. Mgr Mandagi a confié qu’il n’arrivait pas à croire que face à cette pandémie qui a causé tant de misère à travers le monde, il y a des personnes et des groupes qui veulent en tirer profit. Durant la messe du dimanche de Pentecôte, qu’il a célébrée en direct depuis la cathédrale Saint François-Xavier d’Ambon le 31 mai, il a dénoncé ceux qui « s’enrichissent » et qui espèrent voir la situation se prolonger : « Parce que si la pandémie prend fin, leurs revenus chuteront aussi. » Il a expliqué avoir voulu élever la voix parce qu’il ne supportait pas de voir des gens profiter des souffrances des autres. « J’ai été attristé de voir que pendant que la nation lutte contre le virus, certaines personnes, personnalités politiques et organisations voudraient voir la crise se poursuivre », a-t-il confié le 2 juin. L’évêque n’a donné aucun nom ni aucun groupe particulier, mais il a assuré que certains voudraient voir la situation économique empirer, et davantage de personnes s’appauvrir, afin de pouvoir blâmer le gouvernement actuel et revendiquer un nouveau gouvernement.

« Il y a des personnes qui ont soif de pouvoir et qui veulent multiplier les gains acquis par la corruption. Ces gens sont contre l’Esprit Saint. » Stanislaus Riyanta, un analyste de l’université de Jakarta, approuve le commentaire de l’évêque et affirme qu’il y a effectivement des groupes qui utilisent la pandémie pour leurs propres intérêts politiques. Outre les groupes terroristes islamistes qui voudraient établir un califat, il évoque aussi certains groupes politiques qui attisent la colère populaire et appellent les gens à affaiblir un gouvernement légitime. Pour lui, ils font partie de groupes de l’opposition qui ont perdu les élections présidentielles de 2019 ; des groupes qui voudraient prendre le pouvoir mais qui ne peuvent y parvenir par des moyens démocratiques. « Ils se rendent compte qu’ils n’ont pas suffisamment de pouvoir pour renverser le président, alors ils profitent du Covid-19 pour tenter le coup », explique Stanislaus, qui estime que le gouvernement ne doit pas se laisser distraire par leurs activités et qu’il faut rester concentré sur la gestion de la crise. Il précise toutefois qu’il ne faudrait pas les sous-estimer, et appelle à les surveiller pour prévenir les actions qui pourraient affaiblir l’État.

(Avec Ucanews, Jakarta)


CRÉDITS

DR