Eglises d'Asie

Mumbai : l’orphelinat Sainte-Catherine de Sienne de Bandra pour les enfants démunis reste ouvert

Publié le 24/03/2020




L’école Sainte-Catherine de Sienne de Bandra, à Mumbai, un établissement particulièrement apprécié pour son accueil des élèves les plus démunis, a dû fermer ses portes temporairement par mesure de précaution, alors que le pays comptait 400 infections et 7 décès au 23 mars. Cependant, l’orphelinat géré par l’établissement catholique reste ouvert avec un personnel restreint, confie frère Joseph, religieux dominicain et directeur de l’institut. Toutes ces précautions ont été prises « afin de prévenir la propagation du virus », ajoute-t-il.

Malgré un bilan de plus de 400 cas d’infections enregistrés et 7 décès confirmés à ce jour, les experts estiment que ces chiffres sont sous-évalués sur une population de plus d’1,3 milliard d’habitants, surtout quand on considère le faible nombre de tests effectués. De plus, le nombre de cas enregistrés augmenterait de près de 20 % par jour. Vendredi dernier, le Premier ministre Narendra Modi a également annoncé un couvre-feu national. Par ailleurs, dimanche 23 mars, il a annoncé la mise en place de mesures de confinement dans la plupart des 22 États du pays, notamment au Jharkhand qui a décidé un confinement total. Dans ce contexte, l’école Sainte-Catherine de Sienne pour les enfants démunis de Mumbai a dû fermer ses portes temporairement, mais l’orphelinat géré par l’établissement reste ouvert avec un personnel restreint. L’école dépend de la Société de bienfaisance pour les enfants démunis (Welfare society for destitute children), qui a été fondée par le père dominicain Anthony Elenjimittam en 1957. La même année, l’organisation a également fondé l’école technique Aquinas à Mumbai, et la mission SatCitAnanda à Assise. Le but est de venir en aide aux enfants marginalisés et de leur offrir une éducation. Selon le frère Joseph, l’école compte plus de 250 élèves par an, et l’orphelinat accueille actuellement 75 enfants âgés de 5 à 18 ans. « L’école a été fermée et les tâches administratives ont été suspendues. Seuls trois membres de l’équipe pédagogique prennent en charge les enfants de l’orphelinat pour assurer leur sécurité. Nous nous lavons les mains, nous parlons du virus et nous prions pour le monde et pour les mères qui vivent dans la rue », explique-t-il. Tous ceux qui vivent à l’orphelinat sont suivis chaque semaine par des médecins, précise-t-il. « Une clinique mobile vient tous les jeudis pour faire des examens médicaux. Il y a aussi un médecin non chrétien, le Dr Prakash Jain, qui propose des traitements gratuits en cas d’urgence. » Les enfants « sont nourris sainement à base d’un régime végétarien, ils jouent, ils font du sport et ils étudient », confie le religieux. « Habituellement, certains bienfaiteurs viennent célébrer les fêtes importantes avec nous, comme lors des anniversaires, et ils offrent le déjeuner ou le dîner aux enfants », ajoute-t-il, en précisant que toutes les personnes de bonne volonté sont bienvenues. « Vu l’état d’urgence actuel, nous continuerons à envoyer des informations avec des photos et vidéos via les réseaux sociaux, pour éviter aux bienfaiteurs de venir au centre. »

(Avec Asianews, Mumbai)


CRÉDITS

DR