Eglises d'Asie

Notre-Dame de la Mer : l’engagement d’une paroisse de Mumbai au service du développement humain intégral

Publié le 05/11/2019




Selon Godfrey Malu, diacre permanent de l’archidiocèse de Mumbai, la paroisse Notre-Dame de la Mer, à Uttan sur la côte ouest indienne, est le fer de lance du développement humain intégral dans la région. Le développement humain intégral, selon le pape Paul VI en 1967, « ne se réduit pas à la simple croissance économique ; pour être authentique, il doit être intégral, c’est-à-dire promouvoir tout homme et tout l’homme ». Ainsi, le diacre Godfrey Malu témoigne de la foi et de l’engagement des quelque 15 000 paroissiens d’Uttan, en majorité des pêcheurs, pour la défense de leurs droits et la protection de la Création.

La paroisse Notre-Dame de la Mer d’Uttan, au nord de Mumbai sur la côte ouest indienne, est particulièrement engagée en faveur du développement humain intégral, selon Godfrey Malu, diacre permanent au service de la paroisse, pour l’archidiocèse de Mumbai. Il affirme que « des pèlerins de toutes confessions religieuses viennent de partout pour venir prier dans ce sanctuaire, pour confier une intention ou pour rendre grâce ». « La ville d’Uttan est connue pour sa dévotion locale à Notre-Dame de Velankanni, au sanctuaire de Bhate Bunder », ajoute-t-il. « De nombreux habitants d’Uttan s’efforcent de vivre les valeurs évangéliques au quotidien. Selon le vrai sens de l’Évangile, ils ont non seulement choisi le Christ, mais ils s’efforcent aussi de l’apporter à d’autres. » La ville, située sur la côte de Maharashtra, compte la plus grande paroisse du doyenné avec près de 15 000 fidèles, des pêcheurs pour la plupart. Érigée entre 1634 et 1642 après l’arrivée des navigateurs portugais, la paroisse fait partie des plus anciennes de l’archidiocèse. Selon le diacre, « Uttan compte de plus en plus de personnes qui ont embrassé la foi, mais aussi de nombreuses vocations sacerdotales et religieuses ». Ici, « l’évangélisation commence dès le berceau », assure-t-il. « La spiritualité et la piété concernent tous les aspects de leur vie. Même quand ils vont en mer, les pêcheurs lisent régulièrement la Bible, et ils prient le chapelet ou louent leur Créateur », poursuit Godgrey Malu. Il explique que l’évangélisation se fait par « le dialogue, à travers la réconciliation et l’inculturation ». « Les gens s’efforcent de vivre un esprit d’ouverture et de bon voisinage, en partageant leurs joies et leurs peines, leurs problèmes et leurs inquiétudes. Les chrétiens collaborent avec les autres en faveur du développement intégral », ajoute-t-il. Ainsi, face à des défis et des menaces comme la pollution et les atteintes à la nature, les pêcheurs locaux organisent régulièrement des manifestations afin de protéger leurs droits, en soutenant des valeurs comme « la tolérance religieuse, la rigueur dans le travail et la protection de la Création ».

Les habitants d’Utton et l’Église, explique le diacre, ont formé de petites communautés humaines afin de mieux répondre aux besoins de la société locale. Mais pour Godgrey Malu, « chaque médaille a son revers. Avec l’urbanisation, avec les migrations de travailleurs venus d’autres États et avec le tourisme, la région a connu une hausse du crime et de la prostitution, ce qui a conduit à une dégradation des valeurs morales. C’est là que la pastorale des migrants doit réagir, ce que nous faisons. » « Bien que certains problèmes n’ont toujours pas trouvé d’issue, nous nous en préoccupons. Les jeunes sont avertis de l’urgence de la protection de leurs terres, de leurs droits et de leur dignité. Ils sont encouragés à entreprendre des actions sociales et politiques actives et responsables », souligne le diacre. Ce dernier ajoute que l’Église locale a compris l’importance des réseaux sociaux, et qu’elle organise des séminaires et autres événements communautaires afin d’inciter « les jeunes à participer aux activités ecclésiales, en canalisant leur énergie afin d’éviter de tomber dans différents vices ». « Les paroissiens sont également encouragés à partager leur vision des choses et leurs suggestions sur les réseaux sociaux, sur les façons de rendre leurs paroisses plus dynamiques », confie Godgry Malu, qui souligne que « l’évangélisation ne se résume pas à un unique événement, c’est toute une aventure. Nous devons évangéliser de façon à transmettre à tous les catholiques un enthousiasme pour leur foi, pour qu’ils ne se contentent pas de la vivre pour eux-mêmes, mais pour qu’ils la partagent autour d’eux ».

(Avec Asianews, Mumbai)


CRÉDITS

DR