Eglises d'Asie

Odisha : huit religieuses de l’archidiocèse de Cuttack-Bhubaneswar prononcent leurs vœux

Publié le 21/01/2021




Le 16 janvier dans la cathédrale de Cuttack, dans l’État d’Odisha, huit religieuses de la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph d’Annecy ont prononcé leurs vœux temporaires et perpétuels. La célébration était présidée par Mgr John Barwa, archevêque de Cuttack-Bhubaneswar. « Ces sœurs appartiennent à la première congrégation qui est venue travailler dans le diocèse », a expliqué Mgr Barwa. « Ici, il y a une pauvreté extrême. Elles représentent le chemin de Dieu vers les plus pauvres, les vulnérables, les malades et les personnes âgées. »

Le 16 janvier dans la cathédrale de Cuttack (Odisha), huit religieuses des Sœurs de Saint-Joseph d’Annecy ont prononcé leurs vœux temporaires et perpétuels.

Ce samedi 16 janvier dans la cathédrale de Cuttack, dans l’État d’Odisha, dans l’est de l’Inde, huit religieuses de la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph d’Annecy ont prononcé leurs vœux temporaires et perpétuels. Mgr John Barwa, archevêque de Cuttack-Bhubaneswar, qui a présidé la célébration, a confié que les quatre sœurs qui ont prononcé leurs vœux temporaires, et les quatre qui ont prononcé leurs vœux perpétuels, représentent – avec leurs sœurs – « le chemin emprunté par Dieu pour rejoindre les plus pauvres ». Les religieuses qui ont célébré leurs vœux perpétuels sont sœur Nirmala Jose, sœur Vimala, sœur Keerthana et sœur Marie Hyma, tandis que sœur Biddika Radha, sœur Jhumuri, sœur Pushpa et sœur Shushmita Lakra ont prononcé leurs vœux temporaires. En raison des restrictions sanitaires, peu de personnes ont pu participer à la cérémonie, mais la célébration était malgré tout « profondément priante » et enrichie de symboles culturels locaux, notamment au début de la cérémonie avec des danses traditionnelles. « Ces sœurs appartiennent à la première congrégation qui est venue travailler dans le diocèse », a expliqué Mgr Barwa. « Elles amènent de l’espoir et du changement dans les vies des gens, en leur permettant de combler leurs besoins matériels et spirituels. »

« Le chemin de Dieu vers les pauvres »

Les religieuses sont engagées localement pour le développement, dans les secteurs de la santé et de l’éducation, ainsi que pour la catéchèse et l’évangélisation. En pratique, la formation catholique des enfants, des jeunes et des adultes leur est confiée dans le diocèse. Mais les sœurs prennent également en charge les élèves en situation d’échec scolaire, en les aidant à apprendre différentes compétences comme la couture, l’informatique, l’industrie hôtelière ou les soins infirmiers. Elles ont également lancé un programme spécial pour l’éducation et l’émancipation des femmes dans la région. « Avant tout, les sœurs s’occupent des enfants dans les villages, en les initiant à la prière et à la foi. Dans le district, il y a une pauvreté extrême. Ici, elles représentent le chemin de Dieu vers les plus pauvres, les vulnérables, les malades et les personnes âgées », a ajouté l’évêque. Sœur Leena, supérieure provinciale de la congrégation, a confié sa gratitude à Mgr Barwa. « Dans son homélie, l’évêque a évoqué la Vierge Marie en invitant les sœurs à prendre notre Mère comme un modèle pour leur engagement religieux, en particulier en des temps difficiles comme aujourd’hui, face à l’adversité et au matérialisme. En ces temps de pandémie, il est essentiel de suivre le Christ crucifié et de faire grandir le royaume de Dieu. »

(Avec Asianews, Cuttack-Bhubaneswar)


CRÉDITS

DR