Eglises d'Asie

Odisha : Mgr John Barwa aux côtés des Missionnaires de la Charité pour la Journée mondiale des pauvres

Publié le 17/11/2020




Le 15 novembre, alors que l’Église marquait la 4e Journée mondiale des pauvres, Mgr John Barwa, évêque de Cuttack-Bhubaneshwar, dans l’État d’Odisha, dans l’est de l’Inde, a marqué la journée aux côtés des Missionnaires de la Charité. Les sœurs de Mère Teresa ont organisé un temps de prière et un repas festif pour les plus démunis de la région à cette occasion, en présence de l’évêque, qui évoque notamment les travailleurs migrants de la région, exposés à la pauvreté, à la famine et au chômage en raison de la crise sanitaire. « Cette journée est célébrée en leur honneur », confie l’évêque.

Mgr John Barwa, évêque de Cuttack-Bhubaneshwar, a passé la 4e Journée mondiale des pauvres, ce dimanche 15 novembre, avec les Missionnaires de la Charité de Bhubaneswar. « Les Sœurs de Mère Teresa tendent leurs mains afin de servir les plus pauvres d’entre les pauvres », explique-t-il. « J’ai passé cette journée avec elles afin de les servir avec elles, auprès des plus démunis et des marginalisés », ajoute l’évêque. « La région d’Odisha est en elle-même très pauvre, est la plupart des habitants sont des migrants qui vont travailler dans d’autres États indiens. Après le confinement, ils sont revenus en Odisha, où ils n’ont pas trouvé de travail », précise-t-il. « Les travailleurs migrants qui sont revenus durant la pandémie sont exposés à la pauvreté et à la famine, aux difficultés économiques et au chômage. C’est pourquoi cette journée est célébrée en leur honneur, à ceux d’entre nous qui sont les derniers, les plus petits et les plus démunis. » Dans son message pour la Journée mondiale des pauvres 2020, le pape François a proposé de méditer sur un passage de l’Ecclésiastique : « Tends ta main au pauvre » (Si 7, 32) « La sagesse antique a fait de ces mots comme un code sacré à suivre dans la vie. Ils résonnent encore aujourd’hui, avec tout leur poids de signification, pour nous aider, nous aussi, à concentrer notre regard sur l’essentiel et à surmonter les barrières de l’indifférence », a écrit le Saint-Père dans son message, publié le 13 juin dernier.

Dans cet esprit, les Missionnaires de la Charité de Bhubaneswar « ont voulu être auprès des plus pauvres d’entre les pauvres, des ‘indésirables’ », insiste l’évêque, qui explique qu’elles servent les pauvres sans discrimination sur la caste ou la religion. Parmi ceux qui reçoivent leur aide dans la région, on compte notamment les femmes âgées et sans-abri, dont beaucoup souffrent de problèmes psychiatriques. Auprès des religieuses, elles reçoivent « l’amour compatissant et la guérison offerts par Jésus », explique l’évêque. « Mgr John Barwa est venu passer la Journée mondiale des pauvres avec les Missionnaires de la Charité dans la maison Mère Teresa, où nous avons organisé un temps de prière spécial – la plupart des participants n’étaient pas chrétiens –, suivi d’une petite célébration et d’un dîner festif », confie sœur Rangina Kerketta, supérieure de la communauté locale. « En tout, nous sommes 130 personnes, ici à la maison Mère Teresa de Bhubaneswar. Il y a 12 religieuses qui s’occupent de 80 femmes âgées démunies, avec quelques personnes supplémentaires qui viennent nous aider. Aujourd’hui, avec Mgr John Barwa, nous avons vécu une belle Journée mondiale pour les pauvres ; tout le monde était heureux », assure la religieuse. « Un jour, Mère Teresa a dit ‘Nous devons comprendre que la pauvreté, ce n’est pas seulement être affamé de pain, mais d’amour, de dignité humaine. Être aimé, être quelqu’un pour quelqu’un.’ »

(Avec Asianews, Mumbai)


CRÉDITS

DR