Eglises d'Asie

Odisha : Mgr John Barwa bénit le couvent rénové des Servantes de Marie de la mission de Sarat

Publié le 02/12/2020




Le 27 novembre à Sarat, dans le diocèse de Balasore, dans l’État d’Odisha, les Servantes de Marie ont reçu la visite de Mgr John Barwa, archevêque du diocèse de Cuttack-Bhubaneswar, dans l’est de l’Inde. L’évêque est venu bénir le couvent rénové de la congrégation locale. « Pour le diocèse de Balasore, qui est sans évêque, la visite de Mgr John Barwa est un vrai soutien. Dieu soit loué », confie sœur Meena Barwa, supérieure du couvent. De son côté, Mgr Barwa assure qu’à la mission de Sarat, « les sœurs ont grandement contribué à la croissance de l’Église dans les régions indigènes ».

Le 27 novembre, Mgr John Barwa, archevêque de Cuttack-Bhubaneswar, s’est rendu en visite pastorale auprès de la mission de Sarat (Odisha), dans l’est de l’Inde.

Mgr John Barwa, archevêque de Cuttack-Bhubaneswar, dans l’État d’Odisha, dans l’est de l’Inde, a béni le couvent rénové de la congrégation des Servantes de Marie, ce vendredi 27 novembre à Sarat, dans le diocèse de Balasore (Odisha). « En 1994, les religieuses ont ouvert une maison à Lavanyadeipur [sur la commune de Sarat], un village du district de Mayurbhanj. Ce couvent a été rénové, et j’ai été invité à le bénir. Ma nièce, sœur Meena Barwa, est la supérieure du couvent », explique l’évêque. « Les sœurs des Servantes de Marie sont très heureuses. Elles visitent les villages. Elles ont un dispensaire et elles soignent les gens. Elles ont également un internat pour les garçons et pour les filles », ajoute-t-il. « J’ai célébré la messe dans la paroisse, et près de 55 personnes y ont participé. L’Église grandit à Sarat. Les sœurs sont au service de ceux qui vivent le plus en marge de la société en Odisha, dans les régions rurales les plus reculées. Elles y témoignent de l’amour de Dieu, et elles répandent l’Évangile par leur parole et par leur travail social », souligne Mgr Barwa. « Avant le confinement, elles enseignaient aussi le catéchisme aux enfants. Elles sont aussi au service des plus défavorisés et auprès des femmes et des enfants, notamment pour l’éducation, la santé et le développement économique, sans discrimination religieuse. »

« Les sœurs ont grandement contribué à la croissance de l’Église locale »

« Nous avions prévu un pèlerinage auprès de la tombe du père Arul Das, qui a été assassiné le 1er septembre 1999 dans le district de Mayurbhanj, mais nous avons dû annuler à cause du confinement. À la mission de Sarat, les sœurs ont grandement contribué à la croissance de l’Église dans les régions indigènes. Elles aident les gens à améliorer leurs conditions sociales et à protéger leur identité culturelle », confie l’évêque. « Grâce à leur travail missionnaire inlassable, la foi se répand dans les villages ruraux reculés de la région. Tous les jours, des prêtres diocésains vont célébrer l’Eucharistie dans les villages. Ils n’attendent pas que les gens aillent à l’église ; au contraire, ils vont vers eux », assure-t-il. « La mission de Sarat est un endroit vraiment paisible, et très rural », confie sœur Meena Barwa, supérieure du couvent. « Le père Arul Das a travaillé avec nos sœurs. Je ne l’ai pas connu personnellement, mais j’ai étudié au séminaire où il a étudié. J’espérais pouvoir aller en pèlerinage avec Mgr John auprès de sa tombe, pour prier pour notre mission », ajoute-t-elle. « Cette année, le 2 septembre marquait le 21e anniversaire du martyr du père Arul Das. Il a travaillé auprès des plus pauvres d’Odisha, et il a sacrifié sa vie pour les marginalisés, pour les exclus et les gens dans le besoin. Avec Mgr John, nous voulions être confortés dans notre mission en faisant ce pèlerinage. »

Pour sœur Meena, « c’était vraiment une journée bénie. Mon oncle, Mgr John Barwa, a parcouru 750 km pour être avec moi et mes sœurs ce vendredi. Je lui ai demandé de bénir notre couvent rénové, et il a célébré la messe ». « Les sœurs étaient enchantées de sa présence. Il apprécie notre mission et nous nous sentons encouragées. Ici, nous offrons des soins médicaux et nous hébergeons des jeunes », ajoute-t-elle. « Le jour suivant, à la demande du curé de la paroisse, l’évêque a célébré la messe dans l’église de la Sainte-Famille de Lavanyadeipur, à Sarat. Près de 60 paroissiens étaient présents, et ils se sont sentis touchés par les paroles d’encouragement de l’évêque », poursuit la religieuse. « Il s’est montré chaleureux et amical avec tous. C’est la première fois, dans l’histoire de notre communauté, que nous accueillons l’évêque chez nous. Il y avait aussi avec lui le père Isaac, administrateur du diocèse de Balasore, ainsi que le père Josekutty, trésorier du diocèse », précise-t-elle. « J’étais assise dans l’église l’autre jour et je me suis dit que mon oncle avait pris des risques dans ce contexte pandémique – il a des problèmes cardiaques et il est diabétique – afin de rencontrer mes sœurs et notre paroisse. C’est inspirant et encourageant. Pour le diocèse de Balasore, qui est sans évêque, la visite de Mgr John Barwa est un vrai soutien. Dieu soit loué. »

(Avec Ucanews, Mumbai)


CRÉDITS

DR