Eglises d'Asie

Papouasie : des inondations entraînent plus de 4 000 déplacés à Jayapura

Publié le 19/03/2019




Les 16 et 17 mars, de fortes pluies ont entraîné des inondations importantes qui ont frappé la région de Sentani, près de Jayapura dans la province indonésienne de Papouasie. La catastrophe a fait au moins 70 victimes et plus de 4 000 personnes déplacées. Au moins 350 maisons, 104 boutiques, deux temples protestants, une mosquée, deux ponts, huit écoles, un marché et quatre routes ont été endommagés, et 69 personnes sont toujours portées disparues. Pour Sutopo Nugroho, l’Agence nationale de lutte contre les catastrophes naturelles (BNBP), la catastrophe est due à l’exploitation forestière et aux déboisements illégaux dans les monts Cyclope, dans le district de Japapura.

Au moins 70 personnes sont décédées dans les inondations qui ont frappé plusieurs villages de la province de Papouasie, les 16 et 17 mars en Indonésie. Elles se sont produites suite à de fortes pluies, entraînant de nombreux dégâts dans la région de Sentani, près de Jayapura, la capitale de la province, et entraînant plus de 4 000 déplacés. La plupart des corps déjà découverts ont été amenés à l’hôpital Bhayangkara de Jayapura pour identification. Un porte-parole de la police de la province, Ahmad Musthofa Kamal, a déclaré que 69 personnes étaient toujours portées disparues. « Le nombre de victimes risque donc d’augmenter », a prévenu Ahmad Kamal en s’adressant aux journalistes, ajoutant que 61 corps ont été transportés à l’hôpital, dont une vingtaine ont déjà été identifiés et confiés à leurs familles. « Les autres sont en train d’être identifiés », a-t-il expliqué. Ahmad Kamal a annoncé que les inondations ont gravement endommagé au moins 350 maisons, 104 boutiques, deux temples protestants, une mosquée, deux ponts, huit écoles, un marché et quatre routes. Des centaines de véhicules et un avion à hélices ont également subi des dégâts. Matius Awaitau, un responsable du district de Jayapura, a appelé à la coopération de tous pour faciliter les interventions d’urgence.

Hengky Hilapok, un responsable laïc de la paroisse du Christ Rédempteur de Sentani, explique que le curé de la paroisse et les autorités ecclésiales sont engagés au service des personnes déplacées par les intempéries. « Nous avons installé un poste de secours », ajoute-t-il. « Notre priorité absolue est de fournir du lait aux enfants qui ont fui la zone touchée par les inondations. » Son équipe a lancé un appel aux dons auprès des paroisses locales et auprès de la Caritas de Jayapura. Aiesh Rumbekwan, directeur du Forum de Papouasie pour l’environnement, estime que la catastrophe est due à l’exploitation forestière illégale et aux défrichements de terrains en vue d’infrastructures ou de plantations. « Cela devrait servir de mise en garde pour les autorités locales en Papouasie, qui ne devraient pas négliger les questions environnementales dans les projets de développement », a soutenu Aiesh, qui assure que si des réformes ne sont pas mises en place, il risque d’y avoir d’autres catastrophes similaires. Sutopo Purwo Nugroho, de l’Agence nationale de lutte contre les catastrophes naturelles (BNBP), a confirmé que les inondations de ce week-end étaient dues aux déforestations massives des monts Cyclope, à l’ouest de Jayapura. « Les gens ont coupé des arbres pour construire des logements, pour collecter du bois de chauffage ou pour ouvrir de nouvelles fermes », a expliqué Sutopo Nugroho, cité par le site web Kompas.com le 17 mars.

(Avec Ucanews, Jayapura)


CRÉDITS

Benny Mawel