Eglises d'Asie

Plus de 3 000 fidèles prient pour les malades à Calcutta

Publié le 15/02/2019




Le cardinal Peter Turkson, préfet du dicastère pour le service du développement humain intégral, a accompagné une délégation du Vatican à Calcutta, du 9 au 11 février, afin d’y participer à la Journée mondiale des malades qui mettait l’accent, cette année, sur l’œuvre de sainte Teresa de Calcutta. Près de trois cents personnes, dont deux cents délégués venus de toute l’Inde et de plusieurs pays d’Asie, ont participé aux échanges sur la pastorale de la santé et aux visites de plusieurs centres. Le 10 février, plus de 3 000 catholiques ont participé à la messe à Calcutta, où plus de deux cents personnes ont reçu le sacrement des malades.

La Journée mondiale des malades a été marquée, en Inde, par des célébrations bondées et des échanges sur la pastorale de la santé, en mettant particulièrement l’accent sur l’œuvre de sainte Teresa de Calcutta. Le programme de trois jours parrainé par le Vatican, qui a eu lieu du 9 au 11 février, a permis de souligner la mission de l’Église pour les malades et les souffrants. Près de trois cents personnes ont participé aux journées, dont deux cents délégués venus de tout le pays et d’autres pays asiatiques. Les rencontres étaient présidées par le cardinal ghanéen Peter K. A. Turkson, préfet du dicastère pour le service du développement humain intégral depuis août 2016, qui participait à l’évènement organisé à Calcutta. « Il ne peut y avoir de véritable accompagnement des malades sans partager leur condition », a déclaré le cardinal Turkson durant la rencontre inaugurant les trois jours, en expliquant le sens et l’objectif de la Journée mondiale des malades, initiée par saint Jean-Paul II en 1992. Cette journée doit aider les chrétiens à mieux comprendre leur mission auprès des malades en « montrant beaucoup de compassion » et en se montrant « prêts à leur apporter soins et réconfort », a-t-il ajouté.

La rencontre de trois jours comprenait des visites à plusieurs centres, ainsi que deux messes publiques qui ont permis de prier pour les malades et d’administrer le sacrement des malades à près de deux cents personnes. Le cardinal Patrick D’Rozario, archevêque de Dhaka au Bangladesh et envoyé du pape pour l’évènement, a salué le choix de Calcutta pour cette journée. Il a rappelé que sainte Teresa de Calcutta est « une icône unique des œuvres de miséricorde et de la charité chrétienne ». Le père Michael Biswas, de l’archidiocèse de Calcutta, confie que l’aspect le plus marquant de la rencontre s’est déroulé le deuxième jour, quand les participants ont visité trois centres, dont deux gérés par les sœurs Missionnaires de la Charité fondées par Mère Teresa. Au centre Saint-Joseph pour les personnes âgées de Calcutta, géré par les Petites Sœurs des Pauvres, « quelques résidents étaient en larmes en expliquant comment ils ont été abandonnés par leurs familles », raconte le père Biswas. Les participants se sont répartis en trois groupes de cent pour visiter les trois centres. Ceux qui ont visité les centres Shanti Dan (« don de la paix ») et Prem Dan (« don de l’amour ») des Missionnaires de la Charité ont rapporté une « expérience enrichissante », confie Farrell Shaw, coordinateur de l’évènement.

Une journée initiée par Jean-Paul II en 1992

La première journée de la rencontre, le 9 février, s’est ouverte sur des séminaires portant sur la pastorale des malades. Les évêques et équipes pastorales participant à l’évènement se sont également rassemblés lors d’une réunion privée avec la délégation vaticane. Le père Biswas confie sa surprise quand plus de 3 000 catholiques ont participé à la messe organisée le 10 février à Saint-Xavier’s College, un institut supérieur situé à Calcutta. Des centaines de malades se sont approchés après la messe pour demander une prière, et près de deux cents personnes ont reçu le sacrement des malades. « Après la messe, de nombreuses personnes se sont rassemblées autour des deux cardinaux avec des bouteilles d’eau et d’huile qu’ils avaient apportées de chez eux. Ils demandaient seulement que les cardinaux touchent les bouteilles et les bénissent », explique le père Biswas, qui précise que les catholiques locaux utilisent l’eau ou l’huile bénites dans l’espoir d’une guérison. « Des centaines de personnes ont fait la queue en attendant de recevoir une prière des prêtres, des évêques et des cardinaux », poursuit le père Biswas. Plus de 160 prêtres ont été désignés pour administrer le sacrement des malades. « La plupart des personnes qui ont reçu l’onction des malades venaient des centres des Missionnaires de la Charité, et certains sont venus en fauteuils roulants. » La rencontre finale s’est déroulée le 11 février, jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes, dans la Basilique du Saint-Rosaire, une église construite à Bandel par les Portugais au XVIe siècle, à cinquante kilomètres au nord de Calcutta. Près de sept cents personnes ont participé à la célébration, où des prières pour les malades et le sacrement des malades ont également été organisées.

(Avec Ucanews, Calcutta)


CRÉDITS

DR