Eglises d'Asie

Plus de 5 000 fidèles Philippins au sanctuaire national San Antonio de Pila

Publié le 15/06/2019




Le jeudi 13 juin, à Pila dans la province de Laguna, au sud-est de Manille, plus de 5 000 catholiques philippins sont venus de toutes les régions du pays pour venir fêter la Saint-Antoine de Padoue, au sanctuaire San Antonio de Pila, élevé au rang de sanctuaire national. Le père Emil Urriquia, recteur du sanctuaire, explique que le nombre de pèlerins augmente d’année en année. Vénéré par la tradition comme saint patron des causes perdues, le saint attire de nombreux Philippins à Pila, qui viennent y confier leurs problèmes familiaux, professionnels ou financiers.

Le 13 juin, plus de 5 000 personnes se sont rassemblées au sanctuaire national San Antonio de Padua à Pila, dans la province de Laguna au sud-est de Manille, pour participer aux festivités en l’honneur de la fête de saint Antoine de Padoue. « Nous célébrons la fête d’une manière simple et marquante à la fois », explique le recteur de la paroisse, le père Emil A. Urriquia. « À la fin de la journée, nous aurons célébré en tout six messes : trois le matin et trois l’après-midi. Avant la dernière, prévue à 18 h 30, aura lieu une procession solennelle. La participation des fidèles est impressionnante », confie-t-il. « À chaque masse, l’église est bondée. Les fidèles viennent de toutes les régions du pays, même de Mindanao [dans le sud de l’archipel] et des Visayas [dans le centre]. Avant la fin de chaque messe, nous leur distribuons des petits pains bénis. » Le père Urriquia est devenu recteur environ une semaine après l’élévation de l’ancienne église San-Antonio au rang de sanctuaire national. Selon la tradition, saint Antoine de Padoue est vénéré comme le saint patron des causes perdues. Les gens viennent jusqu’au sanctuaire pour y demander son intercession pour des problèmes familiaux, de travail ou d’argent. « J’ai remarqué que le nombre de pèlerins est en constante augmentation depuis la fondation du sanctuaire », confie le père Urriquia.

« Je suis particulièrement frappé par leur fidélité dans la prière. C’est aussi grâce à notre groupe de volontaires. Ils voyagent dans toutes les Philippines pour y encourager la dévotion à saint Antoine parmi les catholiques. Nous sommes aussi aidés par de nouvelles formes de communication. Chaque mardi et chaque dimanche, les gens peuvent assister aux messes du matin et de l’après-midi en vidéo, en direct », explique le prêtre. La croissance des visites au sanctuaire entraîne beaucoup de travail pour lui. La dévotion des Philippins à saint Antoine a commencé à Pila et a grandi avec le temps, alimentée par beaucoup de grâces et de miracles obtenus par son intercession. « Dans mon travail, je suis assisté par un prêtre qui vit sur le rectorat. J’essaie d’inviter d’autres prêtres à nous aider pour les confessions, qui commencent le matin jusque d’après-midi, pour l’aspersion d’huile bénie et pour les offrandes florales. Pour nous adapter au nombre croissant des pèlerins, nous modifions les activités du sanctuaire », ajoute le père Urriquia. « Le mois prochain, nous doublerons le nombre des messes du mardi, de trois à six messes. Il y aura également deux heures saintes, à 9 heures du matin et à 16 heures. Ainsi, les fidèles auront plus de possibilités. » Enfin, le père Urriquia annonce une autre nouvelle importante concernant le sanctuaire de Pila. « Nous espérons officialiser la reconnaissance du lien d’affinité spirituelle du sanctuaire avec la basilique de Saint-Antoine de Padoue [en Italie] », explique-t-il. « C’est pourquoi nous avons demandé le soutien des autorités ecclésiales aux Philippines. »

(Avec Asianews)


CRÉDITS

DR