Eglises d'Asie

Plus de 7 000 fidèles rassemblés au village natal de sainte Marie-Thérèse Chiramel

Publié le 16/10/2019




Dimanche 13 octobre, à l’occasion de la canonisation de sainte Marie-Thérèse Chiramel Mankidyan, célébrée au Vatican avec quatre autres nouveaux saints, des milliers de catholiques se sont rendus au village de naissance de la religieuse indienne, au Kerala dans le district de Thrissur. Près de 7 000 personnes se sont rassemblées dans la paroisse du village et devant la tombe de la sainte, afin de suivre la canonisation. Durant la cérémonie, le pape François a également canonisé le cardinal John Henry Newman (Royaume-Uni), Marguerite Bays (Suisse), sœur Giuseppina Vannini (Italie) et sœur Dulce Lopes Pontes (Brésil).

Le 13 octobre, plus de 7 000 fidèles indiens sont arrivés tôt pour suivre la canonisation de sainte Marie-Thérèse Chiramel, célébrée au Vatican par le pape François. Ils se sont rassemblés dans l’église paroissiale de Puthenchira et auprès de la tombe de la sainte, située à Kuzhikkattussery, à 4 km de là. « C’est une immense fierté pour nous tous, pour toute la communauté chrétienne en Inde », confie sœur Udaya Kallukaran, une religieuse de la congrégation de la Sainte-Famille de Thrissur, fondée par sainte Marie-Thérèse Chiramel en 1919. Mgr George Panikulam, un évêque de l’Église catholique syro-malabare qui a travaillé pour la diplomatie vaticane, a présidé la messe solennelle célébrée au sanctuaire du Kerala, aux côtés de centaines de prêtres. L’évêque de 77 ans, lui-même natif de la paroisse de Puthenchira, se réjouit pour « un moment béni pour Puthenchira, pour la congrégation qu’elle a fondé et pour toute l’Église indienne ». Durant la cérémonie, une statue de la sainte a été couronnée en signe de reconnaissance de sa canonisation, avant d’être portée en procession. Sœur Selma George, une religieuse de la congrégation Marie Reine des Apôtres qui travaille au Kerala, confie que la canonisation peut soutenir l’Église locale de façon formidable. « La reconnaissance mondiale d’une pauvre religieuse qui a travaillé dans un village inconnu peut aussi inspirer davantage de filles à choisir la vie religieuse », estime sœur George. Sœur Anju Sebastian, une religieuse du Sacré-Cœur qui vit également au Kerala, ajoute que les familles catholiques indiennes ont désormais « une personne spéciale qui peut intercéder pour elles au Ciel ». Selon ses biographes, sainte Marie-Thérèse Chiramel a passé sa vie à travailler auprès des familles de son village. Elle recommandait la prière, le pardon et l’amour pour mieux cheminer vers la réconciliation.

De son côté, le Premier ministre Narendra Modi s’est dit heureux de la canonisation de la religieuse. « C’est une fierté pour tous les Indiens », a-t-il déclaré le 29 septembre durant sa tribune radiophonique mensuelle Mann Ki Baat (Voix du Cœur). Une délégation de représentants officiels du gouvernement fédéral et de l’État du Kerala a participé à la cérémonie célébrée au Vatican. Vellamvelly Muraleedharan, ministre d’État aux Affaires extérieures et natif du Kerala, présidait la délégation indienne. À l’occasion de la canonisation, Pinarayi Vijayan, le ministre en chef du Kerala, a également salué la communauté chrétienne sur son compte Twitter. La religieuse est née au village de Puthenchira, dans le district de Thrissur, le 26 avril 1876. Elle a fondé sa congrégation afin de travailler au service des familles de Thrissur. Elle est décédée le 8 juin 1926 à l’âge de 50 ans. Elle a été déclarée vénérable en 1999, et bienheureuse par saint Jean-Paul II en l’an 2000. Elle devient la septième Indienne à être déclarée sainte, après sainte Teresa de Calcutta et saint Joseph Vaz, apôtre du Sri Lanka. Les autres saints originaires du Kerala sont sainte Alphonsine de l’Immaculée, saint Cyriaque Elie Chavara et sainte Euphrasie du Sacré-Cœur de Jésus. Saint Gonsalo Garcia, indo-portugais, est mort en martyr au Japon au XVIe siècle. Sept autres catholiques indiens ont également été béatifiés. Au moins onze autres catholiques indiens ont été déclarés vénérables. Le processus de canonisation est également en cours pour plus de quarante Indiens déclarés « serviteurs de Dieu ».

(Avec Asianews, Kochi)


CRÉDITS

DR