Eglises d'Asie

Pour les évêques philippins, le cardinal Tagle sera « le visage et l’âme » de l’Église philippine auprès de la curie romaine

Publié le 11/12/2019




Les évêques philippins ont salué la nomination du cardinal Luis Antonio Tagle comme préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, annoncée le 8 décembre par le Vatican. « Nous rendons grâce à Dieu et nous sommes reconnaissants pour cette immense bénédiction », a confié Mgr Ruperto Santos, évêque de Balanga. De son côté, Mgr Broderick Pabillo, évêque auxiliaire de Manille, a ajouté que le cardinal Tagle pourra « apporter sa sagesse au service du travail de l’évangélisation ; nous lui souhaitons de réussir dans cette lourde responsabilité et nous prions pour lui. » Mgr Honesto Ongtioco, évêque de Cubao, a rappelé qu’en tant que serviteurs de l’Église, les évêques doivent être prêts à se rendre là où ils sont appelés : « Nous obéissons et nous savons que le Seigneur donnera sa force, sa grâce et sa sagesse. »

C’est avec émotion que le cardinal Tagle a remercié les catholiques philippins qui se sont joints à la messe qu’il a célébrée le 9 décembre dans la cathédrale de Manille, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception : « Merci. Je me confierai à vos prières. » Mgr Gabriele Caccia, nonce apostolique aux Philippines, qui concélébrait avec le cardinal Tagle le 9 décembre, a invité les Philippins à céder leur cardinal comme un cadeau offert à l’Église universelle. « Nous l’offrons avec joie, même si notre cœur est peiné. Je voudrais que nous, en tant qu’Église aux Philippines, nous l’offrions à l’Église universelle. Il est en mesure de s’occuper de l’évangélisation des peuples », a-t-il assuré. « Ce que j’aime chez le peuple philippin, c’est que vous êtes toujours souriant, même dans la souffrance. Le cardinal était souriant durant son homélie, mais je sais qu’il a le cœur brisé. Le cardinal a dit oui. Nous devrions tous répondre ‘oui’ à l’appel de Dieu, car il sait mieux que nous ce qui est bon pour nous. » Mgr Gabriele Caccia doit quitter bientôt son poste aux Philippines pour de nouvelles fonctions en tant qu’observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations-Unies. « Je sais que notre cher nonce a lui aussi le cœur brisé », a répondu le cardinal Tagle en évoquant le départ de Mgr Caccia. « Mais nous voulons le remercier et lui souhaiter le meilleur et les bénédictions de Dieu pour sa nouvelle mission. »

Nouvelle évangélisation et esprit missionnaire

L’ancienne ambassadrice des Philippines près le Saint-Siège, Henrietta de Villa, a envoyé ses vœux au cardinal en souhaitant que le Seigneur l’accompagne dans sa nouvelle mission, « pour qu’il puisse être un instrument qui contribue à rapprocher l’Église des peuples ». Mgr Jose Elmer Imas Mangalinao, évêque de Bayombong, a rappelé de son côté que « l’Église aux Philippines se prépare à célébrer, en 2021, le 500ème anniversaire de l’arrivée du christianisme dans le pays. L’un des thèmes majeurs de ce jubilé nous invite à proclamer l’Évangile à travers le monde, et à soutenir notre esprit missionnaire ». « En tant que Philippins, nous sommes heureux de contribuer à la nouvelle évangélisation à travers la tâche qui a été confiée à notre cardinal bien-aimé », a ajouté Mgr Mangalinao. Pour lui, il « apportera le visage et l’âme des catholiques philippins au cœur de l’Église universelle, pour la servir selon la volonté du Saint-Père ». « J’ai travaillé avec lui pendant longtemps. Je suis sûr qu’il saura montrer ses plus grandes qualités, et notamment son humilité et sa volonté d’accepter sans réserve tout ce qui vient du Seigneur. Sa grande intelligence fera également de lui un conseiller avisé auprès du pape. » Pour le père Sebastiano D’Ambra, missionnaire PIME (Institut pontifical pour les missions étrangères) et secrétaire général de la commission épiscopale philippine pour le dialogue interreligieux, le choix du Saint-Père est « providentiel et inspiré ». « Le cardinal est aimé et respecté par tous ». À ce jour, ajoute-t-il, « sa nomination a été rapportée par tous les quotidiens nationaux et tous les médias catholiques du pays. Je pense que le pape François, notamment suite à ses derniers voyages apostoliques, voulait faire passer un message à l’Église et au monde, pour montrer que l’Asie catholique existe et qu’elle est prête à répondre aux défis du monde actuel ».

(Avec Ucanews et Asianews, Manille)


CRÉDITS

DR