Eglises d'Asie

Les religieuses réunies à Kaohsiung

Publié le 26/10/2018




Le premier colloque international entre religieuses chrétiennes et bouddhistes a eu lieu à Taïwan, au monastère Fo Guang Shan de Kaohsiung, du 14 au 18 octobre. Les participantes, dont environ 70 religieuses catholiques venues de toute l’Asie et d’autres régions du monde, ont échangé sur l’évolution et la situation actuelle de la vie religieuse féminine. Dans un communiqué publié à l’issue de la rencontre, elles soutiennent le témoignage de leur mode de vie et appellent à continuer de travailler ensemble pour la promotion du dialogue interreligieux.

Une première rencontre internationale entre religieuses chrétiennes et bouddhistes a eu lieu du 14 au 18 octobre à Taïwan, au monastère Fo Guang Shan de Kaohsiung. Ce premier colloque portait sur l’histoire, l’évolution et la situation actuelle de la vie religieuse féminine. La rencontre, était centrée sur le thème « Vie active et vie contemplative : religieuses bouddhistes et chrétiennes en concertation ». Evènement était parrainé par la Commission pontificale pour le dialogue interreligieux, en partenariat avec le monastère bouddhiste de Fo Guang Shan, avec l’Association des supérieures religieuses féminines de Taïwan (Association of major superiors of religious women in Taiwan) et avec le Dialogue interreligieux monastique (DIM). Un communiqué de la commission pontificale pour le dialogue interreligieux a indiqué qu’environ 70 religieuses venues de Taïwan, de Corée, du Japon, d’Inde, du Sri Lanka, de Birmanie, de Thaïlande, de Singapour, de Hong-Kong, du Cambodge, des Philippines, du Brésil, d’Italie et d’Allemagne ont participé à la conférence. Le Conseil œcuménique des Églises (COE) était également représenté.

« Le témoignage de notre mode de vie »

Dans une déclaration publiée à l’issue du colloque, les participants ont défini ce Premier dialogue international des religieuses bouddhistes et chrétiennes comme un point de référence en vue de la promotion de la compréhension mutuelle et de l’amitié entre les ordres religieux féminins. Les participantes ont également déclaré que même si elles restent profondément attachées à leurs différentes convictions, elles peuvent apprendre les unes des autres sur le plan spirituel, culturel et social, afin de devenir plus humbles et plus crédibles auprès de leurs frères et sœurs. « Nous croyons », souligne le communiqué, « que le témoignage de notre mode de vie, qui apporte du sens et de la joie par le détachement du consumérisme, du matérialisme et de l’individualisme, peut encourager les autres à marcher sur la voie du bien ». Les religieuses ont également souligné « l’importance d’être contemplatives au cœur de l’action », en travaillant « ensemble pour montrer de la tendresse auprès de ceux qui sont dans le besoin ». Les participantes ont aussi rappelé leur conviction que le dialogue interreligieux est une voie que les hommes et les femmes doivent entreprendre ensemble. Pour cette raison, elles appellent à ce que de plus en plus de religieuses contribuent à l’édification de nouvelles voies de dialogue et à la sensibilisation de cette cause au sein de leurs communautés.

(Avec Asianews)

Crédit : Matt Stone / commons.wikimedia.org