Eglises d'Asie

Séoul : Mgr Jean-Baptiste Jung Shin-chul, évêque d’Incheon, nommé nouveau président de Caritas Corée

Publié le 28/01/2021




Le 25 janvier, le nouveau président de Caritas Corée, Mgr Jean-Baptiste Jung Shin-chul, évêque d’Incheon (à 50 km à l’ouest de Séoul), a assumé ses nouvelles responsabilités à la tête de l’organisation caritative. Caritas Corée a été créée en 1975 en tant que Comité pour le développement humain au sein de la Conférence épiscopale coréenne (CBCK), avant de rejoindre Caritas Internationalis en 1979. « J’ai toujours cru qu’il y a ‘plus de bonheur à donner qu’à recevoir’ [Actes 20, 35] », a confié Mgr Jung, en appelant les catholiques sud-coréens à soutenir le travail de Caritas au service des personnes dans le besoin.

Mgr Jean-Baptiste Jung Shin-chul, évêque d’Incheon (à 50 km à l’ouest de Séoul), le nouveau président de Caritas Corée, a assumé ses nouvelles responsabilités le 25 janvier.

Le nouveau président de Caritas Corée, le service social de l’Église catholique en Corée du Sud, a appelé les fidèles sud-coréens à soutenir le travail et les services de l’organisation caritative auprès des personnes dans le besoin. Mgr Jean-Baptiste Jung Shin-chul, évêque d’Incheon, une ville située à environ 50 km à l’ouest de Séoul, est devenu officiellement le nouveau président de la Caritas coréenne le 25 janvier, avant l’organisation d’une semaine spéciale dédiée aux aides à l’étranger (Overseas Aid Week), durant la dernière semaine de janvier – une occasion de recueillir de nombreux dons destinés aux actions dans divers pays. Le thème choisi pour cette année est « une famille humaine, une maison commune ». Mgr Jung a rappelé aux fidèles « la joie de donner et de partager ». « Toute ma vie, j’ai toujours cru qu’il y a ‘plus de bonheur à donner qu’à recevoir’ [Actes 20, 35]. Je crois que nos croyants et notre société trouveront le bonheur en donnant et en partageant », a-t-il confié. Caritas Corée a été fondée en 1975 en tant que Comité pour le développement humain de la Conférence épiscopale coréenne (CBCK). L’organisation est ensuite devenue membre de Caritas Internationalis en 1979.

Un rôle essentiel pour le développement en Corée du Nord

Caritas Corée a reçu des aides d’autres pays jusque dans les années 1980. En 1993, la CBCK a décidé de développer l’agence afin de pouvoir soutenir également d’autres pays. En 2010, Caritas Corée a été restructurée afin de renforcer ses capacités, en étant enregistrée sous le nom Caritas Korea International auprès du ministère des Affaires étrangères. Depuis, l’organisation a soutenu plus de 1 015 projets de développement et interventions d’urgence, concernant des crises humanitaires comme des catastrophes naturelles, des famines, des épidémies et des conflits, entre autres, afin d’apporter un apport matériel immédiat et de permettre un rétablissement à long terme. Parmi ces projets, on compte notamment le conflit en Syrie, l’insurrection djihadiste de Boko Haram au Nigeria, la crise des Rohingya, l’insécurité économique au Venezuela et les inondations en Asie du Sud-Est, entre autres. Depuis 2006, en collaboration avec Caritas Internationalis, Caritas Corée joue également un rôle essentiel au service du développement en Corée du Nord.

Malgré le développement de l’agence et ses nombreux projets, beaucoup de Coréens ne connaissent pas les programmes lancés par Caritas Corée. Pour Mgr Jung, l’agence a donc besoin d’améliorer ses relations publiques. « Je songe à des activités destinées à mieux informer les gens, avec des visites paroissiales et des actions auprès des médias. » Mgr Jung a également remarqué que si l’Église catholique en Corée a bénéficié des aides étrangères jusque dans les années 1980, aujourd’hui, grâce au développement économique fulgurant en Corée du Sud, l’Église locale peut apporter son aide à l’étranger. « L’une des principales difficultés est le manque de sensibilisation. Il y a des gens qui se demandent toujours ‘est-ce qu’il y a encore besoin d’aide ?’ », a souligné l’évêque, en ajoutant que les gens doivent prendre conscience que les aides collectées sont destinées à des projets à l’étranger. Craignant une baisse significative des dons et des parrainages à cause du Covid-19, Mgr Jung a appelé les gens à aider les pays voisins qui connaissent des difficultés encore bien pires qu’en Corée. « C’est peut-être difficile, mais essayons de faire naître et grandir l’amour du partage au service de ceux qui ont besoin de notre aide à travers le monde. »

(Avec Ucanews, Séoul)


CRÉDITS

OCatholic