Tempête Usman : Mgr Tirona appelle à porter secours aux victimes

Publié le 08/01/2019




Suite à la tempête tropicale qui a frappé les Philippines la semaine dernière, l’agence nationale de lutte contre les catastrophes a déclaré, le 7 janvier, que le nombre de victimes s’élève à 126 morts. On compte également 60 blessés et 26 personnes toujours portées disparues. Mgr Rolando Tria Tirona, archevêque de Caceres, déclare que le gouvernement a été pris de court par l’alerte trop tardive de la catastrophe, et rappelle l’urgence de l’aide aux victimes et aux personnes affectées par les intempéries.


Mgr Rolando Tria Tirona, archevêque de Caceres, regrette l’insuffisance de l’aide et de la compassion offertes aux victimes des inondations et des glissements de terrain, qui ont été provoqués par la tempête qui a frappé les Philippines la semaine dernière. La catastrophe a apporté beaucoup de « souffrance et de misère cachée », en particulier dans la province de Camarines Sur, a alerté Mgr Tirona dans un appel à soutenir l’aide aux victimes. L’alerte tardive de l’arrivée de la tempête a également aggravé le nombre de victimes, explique l’évêque, qui ajoute que le gouvernement a été pris de court. L’agence nationale de lutte contre les catastrophes a déclaré le 7 janvier que le nombre de victimes de la tempête tropicale qui a frappé la région de Bicol s’élève à 126 morts. Au moins 60 personnes ont été blessées, et 26 restent portées disparues. Environ 624 230 personnes ont été affectées par la catastrophe, selon l’agence. Parmi eux, 57 786 personnes ont été évacuées dans 119 centres d’accueil d’urgence. Près de 6 000 foyers ont été endommagés.

Mgr Tirona confie que le centre d’action sociale de l’archidiocèse a déjà évalué la situation et a fourni des vêtements et de la nourriture. Cependant, l’archevêque ajoute que les victimes ont besoin de davantage de compassion et que les aides ne doivent pas être intéressées. Mgr Tirona ajoute qu’il a entendu des candidats aux élections de mi-mandat de cette année se précipiter dans une sorte de « course » aux plus offrants pour payer les frais funéraires des proches des victimes de la catastrophe. « Ce n’est pas chrétien », poursuit-il, soulignant que c’est justement dans les temps difficiles que les gens doivent s’unir et s’entraider. Le département du travail de la province a dégagé une première aide de 10 millions de pesos (191 000 dollars) pour les travailleurs déplacés par les intempéries. La somme est destinée à fournir une aide financière temporaire à au moins 3 000 personnes affectées.


CRÉDITS

Presidential Communications Office