Eglises d'Asie

Une paroisse de Hô-Chi-Minh-Ville lance un marché solidaire pour les plus démunis

Publié le 21/08/2019




La paroisse de Tan Sa Chau, à Hô-Chi-Minh-Ville dans le sud du Vietnam, a lancé un marché solidaire en juillet, appelé aussi « marché zéro dong ». Le père Joseph Nguyen Huu Triet, curé de la paroisse, a lancé l’initiative afin de permettre aux paroissiens d’offrir aux personnes dans le besoin toutes sortes de dons : vêtements, chaussures, sacs, jouets, livres, moustiquaires… La paroisse, dont toutes les activités sont financées par la communauté catholique locale, sert également des repas gratuits à l’église, et procure des soins gratuits aux habitants des régions éloignées des montagnes du centre.

Paul Vo Em, 86 ans, vient de trouver une paire de baskets et un t-shirt à manches longues dans les rayons d’un stand, sur un marché tenu par une église locale de Hô-Chi-Minh-Ville, dans le sud du Vietnam. Paul Em explique qu’il compte porter ces chaussures pour sa marche du matin, et le t-shirt pour aller à l’église en semaine. « Un volontaire m’a aidé à trouver des vêtements qui me vont bien », ajoute Paul, qui est soutenu financièrement par ses petits-enfants, et qui est également venu chercher un sac à main pour sa petite-fille. « Ici, je suis bien traité même si je ne paie rien », précise-t-il. À ses côtés, Mary Ro Mah Pduth essaie un chemisier rose et cherche des vêtements et des chaussures pour son mari et ses enfants. Mary Pduth, originaire de la province de Gia Lai, s’occupe de son mari qui reçoit un traitement pour la méningite, depuis le début de l’année, dans un l’hôpital de la ville. La mère de deux enfants, âgée de 29 ans, explique qu’elle n’a pas pu s’acheter de vêtements depuis deux mois faute de moyens. Elle est obligée d’emprunter de l’argent à des proches pour couvrir les frais de santé de son mari. « Ce marché est bien utile pour des gens démunis comme moi », confie-t-elle avec un sourire avant de partir pour l’hôpital. Le marché solidaire, situé sur le terrain de la paroisse de Tan Sa Chau, attire plusieurs centaines de visiteurs par jour. Le père Joseph Nguyen Huu Triet, curé de la paroisse, explique que le « marché zéro dong » a été créé en juillet afin de permettre aux gens de faire un don aux personnes dans le besoin. Le père Triet précise que les gens peuvent donner de tout : vêtements, chaussures, sacs, portefeuilles, casques, cravates, chapeaux, ceintures, jouets, cahiers, livres, moustiquaires… Le marché est ouvert tous les jours du lundi au samedi. Beaucoup de paroissiens se portent volontaires pour disposer les dons sur les stands et pour accueillir les visiteurs.

« Le marché nous permet de nous rapprocher de sans-abri, de patients et de personnes dans le besoin », explique le prêtre, qui ajoute que cette initiative contribue à construire une communauté solidaire et compatissante. Trinh Tuyet Han, une étudiante bouddhiste de 22 ans, confie avoir donné une vingtaine de vêtements au marché. Elle salue l’initiative et explique avoir invité ses amis à donner leurs vêtements en trop pour que d’autres personnes puissent en bénéficier. Joseph Nguyen Van Binh, qui gagne environ 2 à 3 dollars par jour en ramassant des objets usagés dans la rue, se réjouit d’avoir trouvé des vêtements propres au marché. Autrement, il n’aurait pu s’en procurer. Il se dit touché par l’initiative du marché, et il explique être retourné à l’église alors qu’il s’en était éloigné après des querelles familiales. Le père Triet, 74 ans, explique qu’une entreprise locale soutien le projet en transportant gratuitement des produits jusqu’au marché. Il ajoute que le marché reçoit trop de dons, la paroisse envoie donc le surplus aux membres des ethnies des régions reculées, dans les montagnes du centre du pays. La paroisse de Tan Sa Chau sert également des petits-déjeuners et des déjeuners gratuits à l’église, et procure des soins gratuits réguliers aux patients habitant dans les régions éloignées. La paroisse, dont toutes les activités sont financées par la communauté catholique locale, contribue également à la construction de ponts et de maisons pour les plus démunis.

(Avec Ucanews, Hô-Chi-Minh-Ville)


CRÉDITS

DR