Eglises d'Asie

Une troupe de théâtre musulmane de Marawi en tournée pour défendre la paix

Publié le 04/09/2019




Les jeunes musulmans d’une troupe de théâtre originaire de Marawi, dans l’île de Mindanao dans le sud du pays, ont entamé une tournée à travers les Philippines afin de promouvoir la paix et lever des fonds pour la reconstruction de leur ville. Marawi a été en grande partie détruite par la guerre en 2017 entre l’armée philippine et les terroristes islamistes se réclamant de l’État islamique. La troupe de théâtre organise sa tournée dans le cadre du programme Duyog Marawi (Un avec Marawi), un projet de réhabilitation lancé par l’Église catholique suite au siège, considéré comme la plus longue guerre urbaine (du 23 mai au 23 octobre 2017) de l’histoire du pays.

Une troupe de théâtre composée de jeunes musulmans originaires de la ville de Marawi, ravagée par la guerre contre les terroristes islamistes en 2017, a organisé une tournée à travers les Philippines afin de promouvoir la paix et lever des fonds pour la reconstruction de la ville. La section paix et cohésion sociale du programme Duyog Marawi (Un avec Marawi), un projet de réhabilitation lancé par l’Église catholique suite au siège de 2017 qui a dévasté la ville, soutien l’initiative de la troupe. La plus grande partie de la ville nécessite encore d’être reconstruite, presque deux ans après le conflit de cinq mois qui a déplacé près d’un demi-million d’habitants et tué plus d’un millier d’autres. Le responsable du groupe, Abdullah Acmad, confie que la tournée solidaire et interreligieuse lancée par la troupe s’inscrit dans un programme de promotion de la paix entre les jeunes philippins « afin de soutenir le dialogue et guérir à travers le théâtre ». « Nous jouerons au sein des communautés qui nous accueillerons », explique-t-il. La troupe visitera de nombreuses églises, communautés et écoles afin de présenter la ville de Marawi et la culture locale du peuple Maranao, à travers divers récits, danses et chansons. La pièce de théâtre, appelée Kuris (destin), propose un programme de deux heures et demie qui cherche à montrer la façon dont les habitants musulmans et chrétiens de Marawi parviennent à coexister, et comment cette relation a été mise à l’épreuve durant le conflit.

« Cela montre comment de nombreux musulmans et chrétiens se sont entraidés avant et durant le siège, et comment ils s’engagent à s’entraider afin de dépasser les nouvelles épreuves qu’ils devront traverser à l’avenir », poursuit Abdullah Acmad. Il estime que beaucoup de gens se font de fausses idées sur les musulmans de Mindanao et leur culture. « Nous leur donnons un aperçu de qui nous sommes. » La semaine dernière, la troupe a déjà visité Tacloban, dans le centre des Philippines, où ils ont joué devant une foule composée d’une majorité d’étudiants à l’université normale de Leyte et dans l’église rédemptoriste de Tacloban. « Je me reconnais dans leur expérience », confie Marisol Lacambra, un étudiant de 21 ans. « C’est seulement en restant unis et en s’entraidant qu’on peut dépasser les épreuves dans la vie. » « Ce que les Maranaos ont traversé ressemble beaucoup à notre propre expérience », ajoute Lacambra, un survivant du super typhon Haiyan, qui avait dévasté le centre des Philippines en 2013. La tournée théâtrale organise également un « bazar » afin de vendre des produits maranaos de Mindanao. Les recettes de la tournée seront utilisées pour participer au financement de divers projets de réhabilitation lancés par l’Église catholique à Marawi.

(Avec Ucanews, Tacloban)


CRÉDITS

Elmer Recuerdo