Terme(s) recherché(s) :


Les catholiques japonais impatients d’accueillir le pape François

27 juillet 2019
Les Japonais attendent déjà la visite du pape François avec impatience et enthousiasme, soucieux de préparer au mieux le voyage du pape au Japon, prévu en novembre prochain. À ce jour, la date du voyage est la seule certitude à propos de la visite apostolique du Saint-Père, qui l’avait lui-même annoncée en janvier dernier, dans le vol qui le menait vers Panama pour les Journées mondiales de la jeunesse. Quelques jours après, les catholiques japonais avaient appelé le pape à prendre la parole contre les armes nucléaires. Le 6 août prochain, le Japon s’apprête à faire mémoire du bombardement d’Hiroshima, qui a frappé la ville le 6 août 1945.


Santé et éducation : l’excellence des services catholiques vietnamiens auprès des pauvres


L’Église au Vietnam est de plus en plus reconnue dans le pays pour ses nombreuses activités caritatives, malgré le contexte d’un athéisme d’État et d’un gouvernement communiste. Ainsi, on compte 635 structures gérées par les catholiques dans les 27 diocèses que compte le pays, dont 82 centres de formation, 144 cliniques et hôpitaux et 212 centres dédiés aux personnes handicapées et aux personnes âgées. Le travail des chrétiens dans le domaine de la santé permet notamment d’offrir des soins aux membres des communautés indigènes vivant dans les montagnes et les régions isolées du pays.


La Birmanie n’est pas prête au rapatriement des Rohingyas selon un nouveau rapport


La Birmanie semble n’avoir fait que le minimum pour préparer le retour des musulmans rohingyas qui ont fui l’État d’Arakan (Rakhine) et qui se sont réfugiés au Bangladesh, selon une nouvelle étude publiée par un think-tank australien. Selon les résultats de l’étude, publiée le 24 juillet par l’Institut australien de Stratégie politique (ASPI – Australian strategic policy institute), « les analyses satellites montrent de faibles préparatifs en vue du retour d’un demi-million de réfugiés ». L’étude, qui a cherché à cartographier les conditions dans l’État d’Arakan, met en doute les préparatifs censés être en cours pour le retour des réfugiés, notamment sur les conditions de vie qui les attendraient sur place.




La guerre contre la drogue continue en Asie du Sud-Est : la menace de la méthamphétamine


Les comprimés de ya ba (ou ya ma), à base de méthamphétamine et de caféine, se répandent de plus en plus parmi les communautés les plus défavorisées en Asie du Sud-Est. À Bangkok, les effets de la drogue, disponible facilement et à bas coût, sont directement visibles dans les bidonvilles de la capitale. Selon un nouveau rapport de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), la région est devenue une plaque tournante de la production et de la vente de drogues synthétiques à l’échelle mondiale. Selon l’ONUDC, les trafiquants exploitent la faiblesse de la répression criminelle, la corruption généralisée et l’extrême pauvreté en Asie du Sud-Est. Face à cette situation, les experts affirment qu’il faut accentuer la répression contre les trafiquants mais aussi s’efforcer de réduire la demande, notamment par programmes de réhabilitation et de sensibilisation.


Pyongyang lance deux missiles et refuse une aide sud-coréenne de 50 000 tonnes de riz


En réaction aux exercices militaires conjoints entre les États-Unis et la Corée du Sud, prévus début août, la Corée du Nord a lancé deux missiles à courte portée, le 25 juillet à l’aube. La veille, Pyongyang avait également refusé une aide alimentaire de 50 000 tonnes de riz offertes par Séoul, pour la même raison. Ri Yong-ho, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, n’a pas encore confirmé sa participation au Forum régional de l’Asean, prévu en Thaïlande le mois prochain. Lors de la dernière rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un, en juin dernier à la frontière entre les deux Corées, le dirigeant nord-coréen avait prévenu que le maintien des exercices conjoints aurait des conséquences sur le dialogue.


Le parti du BJP tend la main aux chrétiens dans l’État du Mizoram


Le parti pro hindou du BJP (Bharatiya Janata Party), qui domine la sphère politique indienne, a lancé une offre auprès des chrétiens dans l’État du Mizoram – un petit État coincé à l’extrême nord-est du pays, entre le Bangladesh et la Birmanie –, dans une tentative d’améliorer son image auprès de la population de l’État, majoritairement chrétienne. L’État indien est également celui qui comprend la plus forte concentration de personnes indigènes dans le pays, et les chrétiens représentent 87 % de la population, sur 1,1 million d’habitants. Les dirigeants du BJP, à la tête du pays et de nombreux États indiens, ont été régulièrement accusés d’être indifférents aux violences des nationalistes hindous contre les minorités.



Le vendredi 20 septembre sera célébrée une messe pour les saints martyrs de Corée à 18h30.


Le nord de l’Inde fortement touché par la mousson : Caritas intervient auprès des victimes

25 juillet 2019
Le nord de l’Inde est sévèrement touché par les fortes pluies de mousson, qui durent depuis le début du mois. Plus de 100 personnes ont trouvé la mort dans les États de l’Assam et du Bihar, et presque 12 millions de personnes ont été déplacées par les intempéries dans les deux États, selon la Caritas indienne. La situation est alarmante alors que 90 % des familles de l’Assam et 50 % de familles du Bihar n’ont pas d’accès à l’eau potable, les puits et les pompes manuelles étant contaminées. « J’appelle toutes les personnes de bonne volonté à nous aider à soutenir les victimes des inondations », a lancé le père Paul Moonjely, directeur général de Caritas Inde.


Mgr Ranjith préside la reconsécration de l’église Saint-Sébastien, trois mois après les attentats


Dimanche 21 juillet, l’archevêque de Colombo, Mgr Malcolm Ranjith, a présidé la reconsécration d’une des trois églises touchées par les attentats du dimanche de Pâques, l’église Saint-Sébastien de Katuwapitiya. Il y a trois mois, les attentats au Sri Lanka ont fait 258 morts et près de 500 blessés, dans trois églises et trois hôtels. À l’occasion de la célébration, Mgr Ranjith a appelé les musulmans du monde entier à s’unir aux côtés des autres religions contre l’extrémisme religieux. Il a également insisté en rappelant que la communauté musulmane n’était pas responsable des actes des terroristes, en appelant les chrétiens au calme.