Terme(s) recherché(s) :


La réouverture du complexe industriel de Kaesong pourrait stimuler le dialogue intercoréen

27 juin 2019
Le think tank ICG (International Crisis Group) a publié un rapport sur la situation de la péninsule coréenne, affirmant que la réouverture du complexe industriel de Kaesong, situé en Corée du Nord à proximité de la frontière intercoréenne, pourrait permettre de relancer le dialogue en soutenant la coopération économique. Le site de Kaesong a été lancé en 2004 dans la lignée du sommet de 2000 entre l’ancien leader nord-coréen Kim Jong-il et l’ancien président sud-coréen, Kim Dae-jung. L’opération avait été abandonnée par la présidente sud-coréenne Park Geun-gye en 2016 suite à des essais balistiques et nucléaires lancés par Pyongyang.


Le nouvel archevêque de Mandalay défend l’harmonie interreligieuse

26 juin 2019
Plusieurs milliers de fidèles de tout le pays étaient présents durant l’ordination épiscopale de Mgr Marcos Tin Win, qui remplace Mgr Nicholas Mang Thang à la tête de l’archidiocèse de Mandalay. La célébration a eu lieu le 23 juin dans la cathédrale du Sacré-Cœur de Mandalay. De nombreux représentants bouddhistes, protestants, musulmans et hindouistes étaient également présents, ainsi que seize évêques et plusieurs centaines de prêtres. Le cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Rangoun, qui présidait la célébration, s’est réjoui de l’engagement du nouvel évêque de Mandalay au service de la paix interreligieuse, ajoutant que c’est une grâce pour toute la population de la ville.


Les défenseurs des droits des minorités dénoncent une politique de recrutement discriminatoire


Le 23 juin, une offre de recrutement publiée par plusieurs journaux anglophones et ourdous s’est attirée les critiques de nombreux défenseurs des droits des minorités religieuses dans le pays, notamment sur les réseaux sociaux. L’annonce, qui proposait des postes de chauffeurs, de soldats, de vendeurs et de balayeurs, précisait que les postes de balayeurs étaient réservés aux chrétiens. Une politique de recrutement considérée comme discriminatoire par de nombreux militants. Ces emplois comptent effectivement une proportion de chrétiens particulièrement élevée dans le pays.


Hong Kong : une région sous tension

25 juin 2019
Depuis la rétrocession, le statut de Hongkong est aujourd´hui celui de « Région administrative spéciale ». Sous souveraineté chinoise, elle bénéficie d’une semi-autonomie et de libertés qui n’existent pas en Chine continentale, et ce, en théorie, jusqu´en 2047. Elle conserve la justice, sa monnaie, et son système politique. C´est le principe « un pays, deux […]


Plus de 3 000 catholiques sud-coréens prient à Séoul pour la réconciliation nationale


Un temps de prière a été organisé, le samedi 22 juin dans l’auditorium du lycée Dongsung, dans l’archidiocèse de Séoul, pour la réconciliation, l’unité et la paix de la péninsule coréenne. L’événement était organisé par le Comité pour la réconciliation nationale de l’archidiocèse de Séoul, dans le cadre de la Journée nationale de prière lancée par la conférence épiscopale coréenne en 1965. La journée a lieu tous les ans le 25 juin, le jour de l’attaque de la Corée du Nord contre la Corée du Sud, qui a marqué le début d’une guerre fratricide tragique. Près de 3 000 personnes étaient rassemblées dans l’auditorium pour la messe, qui était suivie d’un chapelet et d’une présentation de l’Église en Corée du Nord.


Les sœurs de Sainte Croix auprès de l’ethnie Van Kieu dans la province de Quang Tri


Le foyer de Lam Bich, géré par les sœurs de Sainte Croix du couvent de Dong Ha, accueille près de soixante-dix enfants, dont certains souffrant de handicaps physiques, afin d’offrir une scolarité et des soins à ces enfants des membres de l’ethnie Van Kieu, dans les districts montagneux de Da Krong et de Huong Hoa. Les deux districts comptent près de 1 200 catholiques et cinq stations missionnaires. La province de Quang Tri, qui a été le théâtre de combats violents entre les troupes américaines et les communistes du nord, compte environ 55 000 personnes de l’ethnie Van Kieu.


Le nouveau gouvernement malaisien en échec contre la traite des personnes


Les États-Unis ont maintenu la Malaisie sur la liste de surveillance établie par le département d’État américain dans le cadre de son rapport annuel sur la traite des personnes. Le rapport 2019 (Trafficking in Persons – TIP), inauguré le 20 juin par le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo, affirme que le gouvernement malaisien n’a pas démontré des efforts soutenus contre la traite des personnes par rapport à l’année précédente. Cependant, le rapport note que le gouvernement du Premier ministre Mahathir Mohamad a initié une commission royale d’enquête sur les charniers liés à la traite des personnes qui ont été découverts à Wang Kelian, près de la frontière thaïlandaise.


Le dévouement d’un médecin catholique auprès des Papous


Le Dr Fransiskus Xaverius Sudanto, 78 ans, à la retraite depuis seize ans, soigne toujours près d’une douzaine de patients au quotidien. Le médecin indonésien, diplômé en médecine en 1975 à Yogyakarta, a vécu durant six ans au milieu de la tribu Asmat, dans la province de Papouasie, une expérience qui lui a fait découvrir et comprendre les difficultés des Papous les plus démunis. Le médecin est aujourd’hui appelé « Dr Mille » à cause des faibles frais de santé qu’il demande à ses patients, entre 1 000 et 2 000 roupies la consultation.


L’Église indonésienne publie une traduction des Orientations pastorales sur la traite des personnes

22 juin 2019
En janvier dernier, la section Migrants et Réfugiés du dicastère pour le service du développement humain intégral publiait des Orientations pastorales sur la traite des personnes, un document de 36 pages destiné à mieux sensibiliser les fidèles et la population sur la traite des personnes. En Indonésie, où les plus pauvres sont particulièrement touchés par le fléau, notamment dans les Petites îles de la Sonde orientales (Nusa Tenggara), l’Église vient d’inaugurer une traduction locale afin de mieux alerter la population sur les dangers, et de mieux comprendre, prévenir et éradiquer la traite des personnes dans le pays.


Le bilan officiel de la guerre de Duterte contre la drogue s’élève à 6 600 personnes


Selon les derniers chiffres de la police nationale des Philippines, plus de 6 600 personnes sont mortes dans la guerre contre la drogue lancée par l’administration du président Rodrigo Duterte, dont 1 600 durant les six derniers mois, a déclaré le porte-parole de la police, le colonel Bernard Banac. Lors d’un meeting organisé le 2 avril à Malabon, dans le nord de Manille, Rodrigo Duterte a reconnu que la toxicomanie continue de s’aggraver dans le pays, malgré ses mesures répressives. Le 12 juin, à Cagayan de Oro, le président a également admis que ce sont les pauvres qui ont été les plus affectés par la répression.