Eglises d'Asie

Carême : les calvaires sri-lankais attirent les pèlerins

Publié le 04/03/2020




De nombreux catholiques sri-lankais, durant le temps du carême, se rendent en pèlerinage auprès des différents calvaires situés dans tout le pays, comme celui d’Hiniduma, dans le diocèse de Galle, à 160 km au sud de Colombo, la capitale. Le site attire plusieurs centaines de pèlerins par an à la même période. De même, les fidèles de Negombo, durement touchés par les attentats du 21 avril 2019, qui ont fait au moins 359 morts et 496 blessés, sont nombreux à se rendre, cette année, au calvaire de Wahacotte, dans le diocèse de Kandy, afin de prier ensemble pour la paix et l’unité sri-lankaise.

Le Calvaire d’Hiniduma, à 160 km au sud de Colombo, entre la paroisse Sainte-Anne d’Hiniduma et le fleuve Gin Ganga.

Levée tôt avec un groupe de vingt fidèles, Marie Agnus est montée dans un bus pour se rendre au calvaire d’Hiniduma, un sanctuaire catholique situé à environ 160 kilomètres au sud de Colombo, la capitale. La Sri-Lankaise de 54 ans, originaire de Ja-ela (en banlieue de Colombo), s’y est rendue avec ses compagnons pour chanter des hymnes du temps du carême (appelés Pasam) et réciter le chapelet. Les pèlerins y ont partagé des repas très simples. Marie a également participé à un chemin de Croix et chanté des cantiques avec le groupe devant une réplique du Golgotha, le mont du Calvaire de Jérusalem. Le calvaire d’Hiniduma est un site paisible et apaisant pour les pèlerins catholiques. Il est situé sur une petite colline proche de l’église Sainte-Anne et du fleuve Gin Ganga, qui coule entre la paroisse et le sanctuaire. « Après ce pèlerinage, nous revenons vraiment heureux et apaisés », confie Marie. « Autrefois, mes parents nous emmenaient ici en pèlerinage, et nous emmenons nous-mêmes nos enfants aujourd’hui. » Le père Ravi Seneviratne, curé de la paroisse d’Hiniduma, explique que le sanctuaire a été fondé par le père Cyril Edirisinghe. « Le site attire plusieurs centaines de pèlerins tous les ans durant le carême », ajoute-t-il. Les pèlerins catholiques marchent autour de la petite colline entre les statues, qui représentent la crucifixion de Jésus en douze étapes. Une grande croix est dressée au sommet. Le sanctuaire, qui dépend du diocèse de Galle, est l’un des sites de pèlerinage les plus populaires au Sri Lanka durant le carême.

En 1948, le père Edirisinghe a été témoin d’un feu de forêt sur le site de plus de sept hectares. Après l’incendie, le prêtre a vu un arbre calciné, le seul encore debout au sommet de la colline, et faisant penser à une croix. C’est ainsi qu’il a commencé à songer à un sanctuaire sur le site.  Le chemin qui mène au calvaire d’Hiniduma est difficile et fatiguant pour les fidèles, qui chantent des hymnes du temps du carême de station en station le long du chemin de Croix. Durant le carême, plusieurs centaines de pèlerins de la paroisse de Marie Agnus participent à des exercices spirituels comme des prières de guérison, des chemins de Croix, des veillées et des temps d’oraison, tous les jours du matin au soir. Ainsi, Ayoma Ranaweera participe tous les ans aux pèlerinages de carême organisés au calvaire de Wahacotte, dans le diocèse de Kandy. Ayoma fait partie de la Légion de Marie de Negombo, où les fidèles vivent encore dans la peur après les attentats du dimanche de Pâques, l’an dernier. La vie paisible habituelle des habitants de Negombo a été brisée par les attaques terroristes, et certains villageois évitent encore les visiteurs, et refusent parfois de participer aux programmes de nuit. Beaucoup parmi eux se sont lassés de toujours répéter leur témoignage, même si certaines victimes ont pu s’en sortir grâce à l’aide de conseillers. « Beaucoup de fidèles de Negombo ont participé au pèlerinage cette année pour prier ensemble » explique Ayoma Ranaweera, qui s’est rendue au calvaire de Wahacotte avec des membres de la Légion de Marie. « Nous prions Dieu pour qu’il n’y ait plus de pareils malheurs dans le pays ni nulle part ailleurs. » Le 21 avril 2019, neuf terroristes affiliés au groupe islamiste local du NTJ (National Thowheed Jamath) se sont attaqués à trois églises et trois hôtels de luxe le jour du dimanche de Pâques, faisant au moins 359 morts (dont 42 étrangers) et 496 blessés.

Les catholiques sri-lankais aiment aussi se rendre aux calvaires d’Horona et de Maggone, dans l’archidiocèse de Colombo, au calvaire d’Higurana, dans le diocèse de Batticaloa, et au calvaire d’Alagollawa, dans le diocèse d’Anaradhapura. Les fidèles du diocèse de Kurunegala peuvent aussi se rendre aux sanctuaires de Mawathagama, de Mahena-Warakapola et de Thambakanda. Rasika Fernando, qui a étudié la théologie, explique que beaucoup de personnes viennent en pèlerinage pour s’élever spirituellement et mieux comprendre leur foi. « Les pèlerins recherchent les bénédictions de Dieu ; c’est une démarche exceptionnelle et profondément personnelle, dont ils ont besoin pour grandir spirituellement », explique-t-il. Les sanctuaires d’Horana, d’Alagollawa et d’Hiniduma, en particulier, sont situés dans un environnement exceptionnel où les pèlerins peuvent profiter de la beauté de la nature. Rasika Fernando confie que durant le temps du carême, les pèlerins peuvent prendre le temps de se rapprocher de Jésus dans des environnements naturels et paisibles. « Durant cette période, tous ces sanctuaires sont remplis de pèlerins du matin au soir, où ils suivent les chemins de Croix », ajoute Rasika Fernando. « Ces pèlerinages semblent approfondir leur foi et leur piété. »

(Avec Ucanews, Colombo)


CRÉDITS

DR