Eglises d'Asie

Caritas Pakistan célèbre la journée internationale des volontaires

Publié le 12/12/2019




Le 7 décembre au séminaire de Karachi, Caritas Pakistan a organisé une rencontre avec plusieurs organisations dont Caritas Autriche et le programme EU Aid Volunteers, à l’occasion de la journée internationale des volontaires, afin d’honorer l’engagement des volontaires auprès des plus vulnérables. À cette occasion, le sénateur Anwar Lal Deen a reconnu le travail de Caritas dans le pays. Le 10 décembre, de nombreuses associations ont également marqué la journée internationale des droits de l’homme, alors que le pays continue de faire face aux discriminations sociales et religieuses.

Le 7 décembre, à l’occasion de la journée internationale des volontaires (adoptée par l’ONU en 1985), Caritas Pakistan a reconnu et salué le formidable travail effectué par ses volontaires au Pakistan, auprès des personnes dans le besoin. La Caritas pakistanaise a célébré cette journée au séminaire du Christ Roi de Karachi, aux côtés de plusieurs organisations dont Caritas Autriche et des membres du programme EU Aid Volunteers. Des volontaires ont reçu des prix et des distinctions durant l’événement, afin d’honorer leurs contributions. « Je me réjouis que l’Église catholique se soucie des besoins de la population, et j’apprécie vraiment le travail de Caritas Pakistan au service des plus pauvres de notre société », a déclaré le sénateur pakistanais Anwar Lal Deen à cette occasion. « La campagne ‘un million d’arbres’, qui a été lancé par Caritas entre 2016 et 2019, montre tout l’amour et l’attention dont fait preuve Caritas pour le pays. » Le père Kamran Taj, recteur du grand séminaire de Karachi, a félicité tous les volontaires pour leur dévouement au service des plus vulnérables de la société pakistanaise. Mansha Noor, secrétaire général de Caritas Pakistan Karachi, a encouragé les volontaires à poursuivre leur engagement. Noman Peter, de la Commission nationale Justice et Paix, a déclaré que pour l’Église, un volontaire est une personne qui rend service ou prend part à une opération gratuitement et sans contrainte, sans en retirer aucun intérêt personnel. « Souvent, au sein d’une paroisse, les volontaires sont des personnes qui veulent mettre leurs talents ou leur expérience au service des gens, en répondant aux besoin de la communauté en rendant service et en agissant plutôt qu’avec de l’argent », a-t-il ajouté. Le Dr Daniel Bashir, un médecin catholique de l’hôpital Jinnah de Lahore, estime que « le volontariat commence avec une pensée positive et avec une initiative personnelle ; en fait, cela consiste à mettre en valeur et à fructifier ses propres talents reçus de Dieu ». Un volontaire est quelqu’un de généreux, qui aime le travail d’équipe et qui est prêt à se mettre au service de tous en prenant sur son temps libre, ajoute-t-il.

Journée internationale des droits de l’homme

Deux jours après cette rencontre, le 10 décembre, de nombreuses associations pakistanaises ont également marqué la Journée internationale des droits de l’homme lors d’une rencontre organisée à Faisalabad, alors que le pays continue de faire face à des discriminations sociales et religieuses et de nombreux abus contre les droits de l’homme. Parmi les organisations présentes se trouvait le groupe HRFT (Human Rights Focus Pakistan), qui défend les droits de minorités dans le pays. Pour son président, Naveed Walter, le principe d’égalité doit être une priorité pour tous les citoyens pakistanais, quelle que soit leur religion, leur langue, leur origine, leur caste ou leur opinion… Le 10 décembre, deux séminaires ont été organisés à Faisalabad afin de rappeler les droits inaliénables et les libertés fondamentales, dont certaines doivent être défendues au Pakistan comme la liberté d’expression et le droit d’association. « Les minorités, les femmes et les enfants sont considérés comme des cibles faciles », remarque Naveed Walter. « Malheureusement, alors que les jeunes représentent une majorité au sein de la population, ils sont particulièrement affectés par les conflits, les discriminations et les instabilités économiques, et il leur est difficile de se faire entendre par les autorités. Ils n’ont aucune influence sur les processus de prise de décision. » « Ce jour leur est spécialement consacré, afin qu’ils puissent s’engager dans la société via des organisations ou individuellement, malgré les défis auxquels ils font face, contre toutes les formes de discrimination dans le pays », ajoute-t-il.

(Avec Ucanews et Asianews)


CRÉDITS

DR