Eglises d'Asie

Caritas Pakistan distribue des aides alimentaires à des familles chrétiennes déplacées à l’approche de Pâques

Publié le 01/04/2021




Le 29 mars dans la paroisse Saint-Michel de Karachi, à l’approche des fêtes pascales, la Caritas locale a distribué une aide alimentaire à près d’une centaine de familles chrétiennes, déplacées de force dans le cadre d’un plan urbain lancé par le gouvernement de la province de Sindh, dans le sud du Pakistan. Le projet est destiné à nettoyer et élargir les canaux à ciel ouvert traversant la ville, dans le but de lutter contre la pollution et faciliter l’écoulement des eaux en cas d’inondation. Le projet a été annoncé en août dernier après de fortes pluies qui ont entraîné des inondations massives.

Amir Robin (à droite), de Caritas Pakistan, distribue des aides alimentaires à des chrétiens déplacés de force par un plan urbain, le 29 mars à Karachi.

Caritas Pakistan Karachi a distribué des rations alimentaires à une centaine de familles chrétiennes, chassées de force de chez elles dans le cadre d’une opération anti-empiétement lancée par les autorités locales. Récemment, au cours du mois de mars, les maisons de 450 familles chrétiennes ont été détruites dans les villes d’Hyderabad et de Karachi, dans la province pakistanaise de Sindh, dans le sud du pays. Cette décision du gouvernement de la province de Sindh a été annoncée en août dernier à la suite de fortes inondations, dans le but de lutter contre l’empiétement, la pollution et l’envasement des canaux et des égouts. Mansha Noor, secrétaire exécutif de Caritas Pakistan Karachi, a supervisé la distribution alimentaire, organisée le 29 mars dans la paroisse Saint-Michel, dont 65 paroissiens ont perdu leur maison.

« Ces paniers alimentaires aideront les nôtres à célébrer les fêtes pascales. Il est malheureux de voir qu’en pleine semaine sainte, au lieu de pouvoir jeûner et prier à l’approche de Pâques, ils sont obligés de chercher un abri pour leurs proches, ou encore forcés de survivre dans leurs maisons partiellement détruites », regrette Mansha Noor. « L’église Saint-François-Xavier et une église adventiste du septième jour doivent être démolies dans le cadre des plans anti-empiètement du gouvernement. Ce sont les volontaires de nos comités de gestion des catastrophes qui ont nettoyé la vase et la boue envahissant l’église catholique et les rues avoisinantes, après l’inondation du nullah (canal) de Gujjar », ajoute-t-il. « Les chrétiens vivant dans ce quartier ont passé le dimanche des Rameaux à protester contre les bulldozers et les grues menaçant leurs maisons. Les célébrations n’ont pas pu avoir lieu dans ces deux églises. Les fidèles sont incertains quant aux messes de Pâques. »

14 000 maisons et 3 000 boutiques doivent être détruites

Le 30 mars au Karachi Press Club, Caritas Pakistan a également fait connaître le sort des familles démunies déplacées lors d’une conférence de presse organisée par un comité mixte rassemblant divers militants sociaux. Selon Zahid Farooq, du Centre de ressources urbaines de Karachi, le projet de nettoyage et d’élargissement des canaux prévoit notamment la destruction de 14 000 maisons et de 3 000 boutiques. « Même en temps de guerre, il y a des pauses prévues pour célébrer les festivals religieux. Beaucoup des personnes affectées sont chrétiennes, et le Vendredi Saint et Pâques approchent très vite. Nous invitons le gouvernement de la ville à cesser les opérations au moins durant les fêtes religieuses, pour leur permettre de célébrer en paix », a-t-il souhaité. Amjad Gulzar, directeur général de Caritas Pakistan, a également demandé une aide humanitaire pour les personnes affectées, d’autant plus que le pays subit une troisième vague de la pandémie du Covid-19. « Il faut intervenir immédiatement pour assister ces foyers démunis. On ne peut imaginer ce que cela veut dire de perdre une maison en pleine pandémie. Mais c’est ce qu’il se passe pour ces foyers précaires de Sindh. Caritas Pakistan évalue la situation et les unités diocésaines, aux côtés de nos volontaires, sont sur le terrain pour leur faciliter la vie. Nous prévoyons de maintenir ces aides aux familles affectées, afin de les aider à traverser cette période difficile. »

(Avec Ucanews, Lahore)


CRÉDITS

Mansha Noor