Eglises d'Asie

Caritas Pakistan distribue des grains de blé à des fermiers musulmans démunis dans la région de Karachi

Publié le 14/12/2019




Le 11 décembre, pour marquer 54 ans d’activités humanitaires au Pakistan, la Caritas de Karachi, dans le sud du pays, a organisé une distribution de 50 kg de grains de blé par fermier auprès de la communauté agricole de la ville de Gadap, une des régions les plus pauvres autour de Karachi. L’opération, explique Le père Saleh Diego, vicaire général de l’archidiocèse de Karachi, est destinée à sensibiliser la population locale sur les problèmes de la faim et de la sous-alimentation. « La ville de Gadap, dont le territoire est étendu sur plus de 1 100 km², reste l’une des régions les plus négligées par les autorités locales », ajoute Mansha Noor, directeur général de Caritas Karachi, qui évoque également une pluviométrie insuffisante dans la région au cours des trois dernières années.

Le 11 décembre, Caritas Pakistan a marqué le 54ème anniversaire de son programme d’assistance humanitaire en distribuant des grains de blé aux agriculteurs et aux bergers musulmans démunis d’une région reculée dans la région de Karachi, dans le sud du pays. La ville de Gadap, située dans une région montagneuse de la province du Balochistan, compte de nombreux fermiers et bergers qui vivent dans des communautés isolées. Mansha Noor, directeur général de la Caritas de Karachi, confie que les petits fermiers de Gadap ont subi une longue période de sécheresse qui a affecté leur production annuelle. « Ces gens sont confrontés en permanence aux difficultés », explique Mansha Noor à propos des fermiers de Gadap, l’une des régions les plus pauvres autour de Karachi. Pour eux, ajoute-t-il, « la faim n’est jamais loin ; sans compter que depuis trois ans, le niveau des pluies a été très bas ». « La ville de Gadap, dont le territoire est étendu sur plus de 1 100 km², reste l’une des régions les plus négligées par les autorités locales. Il n’y a pas d’électricité, ni de distribution de gaz ou de réseau mobile. Et il y a peu de verdure à cause de la faible pluviométrie », explique Mansha Noor. « La faim, ce n’est pas toujours avoir l’estomac vide. C’est aussi, parfois, une carence en micronutriments qui expose davantage les gens aux maladies infectieuses et à un développement physique et cognitif altéré, ce qui affecte leur productivité et augmente les risques de décès prématurés. Cette situation impose également un lourd fardeau économique sur toute la communauté. » Le père Saleh Diego, vicaire général et directeur de Caritas Karachi, explique que l’objectif du programme de Caritas est de sensibiliser les fermiers sur les problèmes de la faim et la sécurité alimentaire. « Nous avons offert 50 kg de semences à chacun d’entre eux. Ainsi, ils pourront les planter dans leurs champs pour nourrir leurs familles et gagner leur vie par eux-mêmes », ajoute le prêtre. Allah Bukhsh, musulman et président du Comité de développement agricole (Agriculture development committee), a salué l’intiative de Caritas, en annonçant que chaque fermier, lors des récoltes, déposera cent kilogrammes de grains de blés dans une banque de graines. Toute la communauté locale a remercié Caritas Pakistan pour son intiative contre la faim et la sous-alimentation.

(Avec Ucanews et Asianews, Karachi)


CRÉDITS

DR