Eglises d'Asie

Hong-Kong : Chaîne humaine et nouvelles violences lors des manifestations anti-extradition de ce week-end

Publié le 27/08/2019




La manifestation du 25 août, dont l’itinéraire était prévu du stade de Kwai Chung au parc de Tsuen Wan, dans le nord du territoire hongkongais, a rassemblé centaines de milliers de manifestants. Pour la première fois, douze semaines après le début du mouvement contre l’extradition vers la Chine et malgré un certain apaisement lors de la semaine précédente, un tir de sommation a été lancé contre des manifestants et la police a utilisé des canons à eau. Le 23 août, plus de 210 000 manifestants ont également formé une chaîne humaine baptisée « Hong-Kong Way » sur soixante kilomètres, notamment depuis le sommet de Lion Rock, en répétant les cinq demandes principales du mouvement aux autorités hongkongaises.

Dimanche 25 août, pour la première fois après douze semaines de manifestations, un policier a effectué un tir de sommation contre des manifestants à Tsuen Wan. Trois policiers, encerclés et attaqués par un groupe armé de bâtons, ont sorti leurs armes à feu et l’un d’entre eux a tiré en l’air. Personne n’a été blessé, mais les violences ont entraîné 15 blessés parmi les policiers et 22 parmi les manifestants, dont un blessé grave, et l’arrestation de 36 personnes, dont un garçon de douze ans. Lundi 26 au matin, la superintendante Yolanda Yu Hoi-kwan a dénoncé « l’extrême violence » des manifestants hongkongais et a considéré que l’usage d’armes à feu était « nécessaire et raisonnable ». La police avait approuvé une manifestation anti-extradition du stade de Kwai Chung au parc de Tsuen Wan, dans le nord du territoire hongkongais. Malgré la pluie battante, plusieurs centaines de milliers de manifestants étaient rassemblés. Mais dès le matin, lors du départ de la marche, plusieurs manifestants ont quitté l’itinéraire prévu pour monter des barricades en s’opposant à la police, en lançant des briques et des cocktails Molotov. Plus tard dans la journée, des boutiques ont été vandalisées et de nouvelles violences ont opposé des manifestants à la police. Le 26 août, pour la première fois depuis le début de la contestation, des canons à eau importés depuis la France ont été utilisés contre les manifestants. Les engins sont capables de propulser 1 200 litres d’eau par minute à une distance de cinquante mètres. Les violences de ce dimanche ainsi que celles de la veille au soir semblent être un signe de retour des nombreux affrontements qui se sont répétés en marge du mouvement, depuis douze semaines, bien que la semaine précédente se soit déroulée paisiblement. Dimanche 25 août, un autre évènement significatif a également été organisé, rassemblant plusieurs centaines de personnes se disant « proches de policiers ». Cette dernière manifestation s’est déroulée à Edinburgh Place, afin de demander au gouvernement de mener une enquête approfondie sur l’usage excessif de la force par la police, et de résoudre la crise par des moyens politiques et non seulement par le travail de la police. Une enquête indépendante est justement l’une des demandes urgentes faites par les manifestants anti-extradition, mais refusées par le gouvernement.

Hong-Kong Way

Le 23 août, une chaîne humaine de 60 kilomètres a rassemblé plus de 210 000 manifestants du mouvement anti-extradition, dans différentes parties du territoire. La chaîne, appelée « Hong-Kong Way », a été formée par des jeunes, des enfants et des adultes de toutes origines sociales, le 23 août à partir de 19 heures. La chaîne s’est formée depuis Kennedy Town à Causeway Bay, de Kowloon Tong à Yau Ma Tei, le long de la côte de Tsim Sha Tsui, et de Tsuen Wan à Lai King. Plusieurs milliers d’autres manifestants ont également escaladé le sommet de Lion Rock, près de Shan Tin, pour former une chaîne lumineuse à l’aide de lampes torches, de téléphone potables et de pointeurs laser, en chantant « Libérer Hong-Kong, révolution de notre temps », l’un des slogans préférés des partisans du mouvement. À 21 heures, le 23 août au soir, en répondant à une invitation publiée sur les réseaux sociaux, tous les participants de la chaîne lumineuse ont couvert leur œil droit d’une main, en criant « Police noire [corrompue], rendez-nous notre œil ». Une référence à la blessure subie par une femme le 11 juin face à la police, et qui risque de perdre son œil. Les participants à la chaîne humaine ont demandé au gouvernement de répondre aux cinq demandes du mouvement, dont le retrait définitif et total de la loi sur l’extradition vers la Chine, une enquête sur l’usage de la force par la police et l’instauration du suffrage universel. La chaîne baptisée « Hong-Kong Way » peut être liée à une autre manifestation survenue en 1989 et nommée « Baltic Way », et qui a rassemblé deux millions de personnes d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie, pour former une chaîne de 680 km de long afin de demander l’indépendance face à l’Union Soviétique. Pourtant, les manifestants hongkongais insistent en disant que « Pékin nous a catalogués comme pro indépendance, mais la plupart d’entre nous veulent simplement que le gouvernement défende les droits et les libertés de Hong-Kong ».

(Avec Asianews, Hong-Kong)


CRÉDITS

Studio Incendo