Eglises d'Asie

Christmali Peter, étudiante catholique à Colombo : la crise sanitaire, entre souffrance et espérance

Publié le 15/05/2020




Christmali Peter, une étudiante catholique de 23 ans de Colombo, coordinatrice du mouvement étudiant catholique de l’université Sri Jayewardenapura, se confie sur le confinement vécu avec sa famille. La jeune sri-lankaise, originaire de Bandarawela, dans le diocèse de Badulla, étudie au sein de la Faculté des sciences humaines et sociales de l’université, tout en travaillant pour une entreprise de la capitale. « Je suis en train de vivre un changement soudain, mais je pense qu’il faut juste aller de l’avant, c’est inutile de voir cette crise uniquement comme une cause de souffrances », souligne-t-elle en évoquant les psaumes : « Le Seigneur est mon refuge et ma forteresse. »

Pour Christmali Peter, une étudiante catholique de 23 ans de Bandarawela, dans le diocèse de Badulla, les vacances familiales forcées qu’elle a dû vivre en raison du confinement ont été à la fois source de tristesse et de joie, entre la peine pour les souffrances vécues face à la pandémie et des moments intenses passés avec ses proches. Christmali est étudiante au sein de la Faculté des sciences humaines et sociales de l’université Sri Jayewardenapura de Colombo. Elle est également coordinatrice du mouvement étudiant catholique de l’université. Elle explique qu’elle est « reconnaissante envers Jésus » parce qu’elle peut rester près de ses proches et prier pour eux dans les difficultés. « Je vis à 200 km de chez moi, et quand je ne suis pas à l’université, je travaille pour une entreprise dans la capitale. Donc d’habitude, j’ai du mal à trouver du temps pour visiter ma famille », confie-t-elle. Avant le confinement, le plus souvent, la jeune étudiante ne communiquait avec sa famille que par téléphone. Elle ajoute que les contacts physiques et humains renouvelés avec ses proches l’ont aidée à guérir d’une certaine solitude vécue à Colombo. Pour la jeune femme, sa mère est celle qui unit sa famille et qui la fait avancer. « Elle est la première à se réveiller, elle cuisine pour nous tous, elle nous rassemble dans la prière et elle nous invite à lire les Saintes Écritures. Elle nous a également aidés à accepter ce temps de crise », assure-t-elle. Pour Christmali, sa foi en Dieu l’a aidée, avec sa famille, à dépasser leurs peurs initiales, comme les craintes d’une pénurie alimentaire au cours de la période de confinement. « Comme le dit le psaume 90, ‘Quand je me tiens sous l’abri du Très-Haut et repose à l’ombre du Puissant, je dis au Seigneur : Mon refuge, mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr !’ Il est mon refuge et ma forteresse, et sans sa grâce, tout est vain », explique-t-elle. « Ce que je suis en train de traverser, c’est un changement véritable et soudain. Mais je pense que dans notre vie, tout changement a une valeur significative ; il faut juste aller de l’avant. C’est inutile de se plaindre ou de voir cette crise uniquement comme une cause de souffrances. »

(Avec Asianews, Colombo)


CRÉDITS

DR