Eglises d'Asie

Des jeunes catholiques tamouls et cingalais organisent un chemin de croix pour renforcer leur foi et leur unité

Publié le 31/03/2021




Le 29 mars, les membres de Supatha, un groupe de jeunes catholiques tamouls et cingalais de Welimada, dans le diocèse de Badulla (dans le centre du Sri Lanka), ont organisé un chemin de croix dans une plantation de thé afin d’approfondir leur foi et de renforcer leur unité en méditant sur les souffrances du Christ sur le mont Golgotha. Les communautés cingalaises et tamoules du Sri Lanka ont en effet été opposées par plus de 25 ans de guerre civile (1983-2009). Le groupe Supatha a été fondé récemment dans le but de soutenir la foi et l’éducation des jeunes de Welimada.

Le 29 mars dans le diocèse de Badulla, dans le centre du Sri Lanka, des jeunes cingalais et tamouls ont organisé un chemin de croix en signe d’unité.

Ce lundi 29 mars, des jeunes tamouls et cingalais travaillant dans une plantation de thé située près de la paroisse catholique de Welimada ont organisé un chemin de croix, afin de méditer sur les souffrances du Christ, d’approfondir leur foi et de renforcer leur unité. À l’image de Jésus gravissant le mont du Calvaire, les jeunes ont parcouru une longue marche le long d’un chemin difficile d’accès séparant la paroisse de Welimada, dans le diocèse de Badulla, de la plantation de Keklis. Sœur Grace Fernando, de la congrégation des Sœurs de la Sainte-Famille de Nazareth, a confié que les jeunes « ont voulu sortir de la paroisse pour vivre cette expérience spirituelle différemment ». La plantation de thé n’a pas été choisie au hasard, parce qu’elle est située loin de la paroisse et qu’elle ne peut être atteinte qu’en empruntant un long chemin sinueux et difficile. Pour la religieuse, c’est une façon « de partager au moins en partie les souffrances de Jésus en gravissant le Golgotha », le jour de sa mort sur la Croix. Avec sœur Shaneli, de sa congrégation, et avec le curé de la paroisse de Welimada, sœur Fernando exprime la satisfaction ressentie par les responsables de l’Église locale devant le grand nombre de jeunes cingalais et tamouls ayant participé à l’événement, organisé par le groupe de jeunes Supatha.

« Ils ont médité sur la trahison de Judas, sur la torture impitoyable et l’humiliation subies en gravissant le mont du Calvaire. À travers les souffrances du Christ, ces jeunes ont pu réfléchir aux problèmes quotidiens qu’ils rencontrent sur la plantation de thé où ils vivent et où ils travaillent », explique la religieuse. À la première station, « nous avons médité sur les croix que nous devons porter dans nos propres vies et les croix portées par les autres, que nous devons faire nôtres. Parfois, nous devenons des croix pour nos parents, en nous comportant mal », confie l’un des jeunes. À la troisième station, ils ont médité sur la façon dont ils pouvaient parfois « humilier les autres par nos paroles et nos actes », quand « nous n’essayons pas de les relever mais que nous les maintenons à terre quand ils tombent ». Les jeunes ont construit un autel sur le site de la plantation, à l’aide de branches d’arbres et de morceaux de bois, afin de pouvoir célébrer la messe. Les parents des jeunes sont également venus pour préparer un repas. Le groupe de jeunes Supatha a été fondé récemment, et ses membres espèrent le voir grandir.

(Avec Asianews, Colombo)


CRÉDITS

DR