Eglises d'Asie

Économie : les écarts de richesse se creusent entre les provinces chinoises

Publié le 06/11/2019




Avec un taux de croissance économique de 6,4 % au cours des six premiers mois de 2019, la province de Guangdong, dans le sud-est de la Chine (bordant Hong-Kong et Macao), est de loin la province chinoise qui s’en sort le mieux, légèrement au-dessus du taux moyen de la croissance chinoise qui s’élève à 6,2 %. À l’inverse, les régions rurales chinoises, notamment dans le nord-est du pays, sont loin d’atteindre les objectifs de croissance fixés par Pékin pour l’année 2019. Une situation qui risque de s’aggraver face aux problèmes structurels de l’économie et à la guerre commerciale entre Washington et Pékin.

Les régions rurales chinoises sont loin d’atteindre les objectifs de croissance fixés par le gouvernement de Pékin pour l’année 2019. Selon les analystes, cette situation est due à des problèmes structurels et aux conséquences de la guerre commerciale avec les États-Unis. Les régions les plus pauvres du géant asiatique sont celles qui souffrent le plus, tandis que les régions côtières – toujours plus riches – ont mieux réagi aux troubles financiers et économiques qui ont frappé le pays ces deux dernières années. Toutefois, cette situation est susceptible d’aggraver encore plus les écarts de richesse en Chine. La région qui s’en sort le mieux est, de loin, la province de Guangdong, dans le sud-est du pays (province côtière bordant Hong-Kong et Macao), avec un taux de croissance de 6,4 % au cours des neuf premiers mois de 2019 – soit un taux légèrement plus élevé que celui de la croissance nationale chinoise (6,2 %). À l’inverse, la situation est plus difficile dans les provinces du nord-est : avec un taux de croissance de 5,7 %, Liaoning est celle qui s’est le plus rapprochée de son objectif de 6 à 6,5 %. Tandis que la province de Heilongjiang, qui affiche une croissance de 4,3 %, n’a pas réussi à atteindre son objectif de plus de 5 % pour 2019. À Jilin, on enregistre un faible taux d’1,8 %, bien en dessous de l’objectif de 5 à 6 %. À ce jour, les provinces de Shandong, de Hainan et de Guangxi sont également loin de leurs objectifs. En revanche, les résultats pour les provinces de Xinjiang et de Hebei ne sont pas encore disponibles. « La tendance d’un écart des richesses qui se creuse est inévitable, quand on considère le problème structurel général de l’économie… Les différences de croissance entre les provinces vont devenir de plus en plus évidentes », estime Shao Yu, chef économiste de la banque d’investissement Orient Securities. Fin septembre, selon les chiffres officiels, la dette des administrations locales chinoises s’élevait à 21 000 milliards de yuans (2 700 milliards d’euros). Pékin s’est lancé dans une tentative de désendettement afin de freiner sa dette excessive ; toutefois, la manœuvre a sérieusement affecté les financements du secteur privé, qui représente 60 % de la croissance économique chinoise.

(Avec Asianews, Pékin)


CRÉDITS

DR