Eglises d'Asie

« Espérance dans le désert » : paroles d’un prêtre hongkongais avant la manifestation du 18 août

Publié le 20/08/2019




Plusieurs centaines de catholiques ont participé à la manifestation massive du dimanche 18 août, organisée à Victoria Park, aux côtés de plus d’1,7 millions de personnes. Une autre manifestation, organisée par le Front civil des droits de l’homme, est également prévue le samedi 31 août. Avant la manifestation du 18 août, les fidèles ont pris part à un temps de prière organisé par le bureau Justice et Paix de Hong-Kong, sur le thème « Espérance dans le désert ». Durant la célébration, après quelques hymnes et lectures bibliques, le père Carlos Cheung, salésien hongkongais, a pris la parole à propos de la crise actuelle hongkongaise.

Comme nous le rappellent les lectures de ce jour, Dieu est toujours avec nous, et nous marchons vers la terre promise en embrassant l’espérance accordée par Dieu : « Tu l’as vu aussi dans le désert : le Seigneur ton Dieu t’a porté, comme un homme porte son fils, tout au long de la route que vous avez parcourue jusqu’à votre arrivée en ce lieu » (Deut. 1, 29-31). Quelles que soient les difficultés, nous n’abandonnons pas facilement. Nous devons nous rappeler que durant cette campagne, nous ne recherchons pas des petites victoires à court terme. Il s’agit d’un combat à long terme. Même si le gouvernement ne tient pas compte de nos demandes pour le moment, nous devons continuer sans relâche dans notre paroisse, dans notre communauté, parmi nos amis et les membres de notre famille. Ici, chacun d’entre nous est responsable et chargé d’éveiller les gens autour de nous. Nous avons été exposés à des violences incessantes depuis plus de deux mois. Des manifestants ont été traités violemment et arrêtés. Dès juin, la police a réprimé les gens avec un usage excessif de la force, en enfreignant les règles de sécurité et en violant les normes internationales sur les droits de l’homme. Le 21 juillet, la police a même autorisé des attaques aléatoires de bandits contre des citoyens. Des habitants, des citoyens ordinaires et même des simples passants ont été agressés par des bombes lacrymogènes et ont été arrêtés sans raison valable. Le gouvernement contribue à couvrir des abus commis par la police et répand de fausses nouvelles en désinformant le public. Aujourd’hui, le gouvernement va jusqu’à diffamer ses opposants et diffuse une propagande politique. Pire encore, le gouvernement a été jusqu’à proférer des mensonges éhontés en pleine conférence de presse. Voulons-nous nous laisser manipuler par un gouvernement qui répète ces coups politiques honteux au nom de la justice ? Ne ressentons-nous rien ? Chers frères et sœurs, où est notre conscience ? Où est notre sens éthique ? Comment l’Église doit-elle apporter des conseils éthiques ici ?

Paix, sagesse et espérance

Aujourd’hui, il ne s’agit pas de simples questions de différentes positions politiques. Il s’agit d’abus commis par le gouvernement, et de personnes arrêtées à tort et poursuivies injustement. En tant que chrétiens, peut-on choisir de rester silencieux quand le monde a besoin que nous élevions la voix ? Outre la prière, nous devons aussi dire au gouvernement qu’il se trompe en insistant dans une telle approche. Le Seigneur nous a créés dans la dignité et la liberté. Comme nous pouvons le lire dans l’Ancien Testament, Mardochée, le père adoptif d’Esther, a prié le Seigneur par ces mots : « Seigneur, Seigneur, Roi souverain de l’univers, tout est soumis à ton pouvoir, personne ne peut s’opposer à toi quand tu veux sauver Israël. » Ce que nous défendons ici sans relâche, c’est la dignité humaine, la dignité d’être fils et filles de Dieu ! Prions avec les mots d’Esther : « Mon Seigneur, notre Roi, tu es l’Unique ; viens me secourir, car je suis seule, je n’ai pas d’autre secours que toi, et je vais risquer ma vie. » Nous devons arrêter toutes les souffrances causées par les actions déraisonnables et par l’oppression des autorités. Aujourd’hui, nous devons protéger nos jeunes, protéger notre Hong-Kong, et protéger Jésus des procès injustes pour qu’il ne soit pas maltraité et accusé à tort une nouvelle fois. Le 4 juin 1989, des jeunes ont été massacrés sur la place Tiananmen. La même chose pourrait encore survenir à Hong-Kong. C’est pourquoi nous devons nous devons montrer de la retenue. Dans cette campagne contre les autorités, en tant que citoyens de Hong-Kong, nous ne voyons pas de véritables violences commises par nos jeunes. En comparaison, la violence de la police est évidente. Deux millions de personnes sont descendues dans la rue pour demander le retrait du projet de loi sur l’extradition, mais le gouvernement central est resté sourd aux appels. Si c’est le gouvernement qui ignore nos voix, pourquoi s’en prendre aux jeunes ? Que Dieu nous bénisse, qu’il bénisse nos jeunes et Hong-Kong. Avec paix, sagesse et souplesse, éveillons les consciences de tous. Osons nous lever avec fierté, avec espérance et sans peur.

(Avec Asianews)


CRÉDITS

DR