Eglises d'Asie

Hebei : les églises de Zhengding autorisées à rouvrir à condition d’interdire l’entrée des mineurs

Publié le 08/07/2020




Mgr Jia Zhiguo, évêque de Zhengding, de l’Église « clandestine », dans la province de Hebei, dans le nord de la Chine, a refusé de signer un document autorisant la réouverture des églises sous condition d’interdire aux enfants l’entrée dans les lieux de culte. Mgr Zia a déclaré que « les portes de l’Église sont ouvertes à tous ». Selon Paul, un catholique de Zhengding, qui critique une exploitation de la pandémie contre l’Église, « il a été demandé à toutes les paroisses de s’engager à interdire aux mineurs l’entrée dans les églises ». Les autorités locales ont menacé de saisir la gestion d’un orphelinat pour enfants handicapés et de réquisitionner l’évêché. Le père Chang, un prêtre diocésain, confie que si le gouvernement ferme les églises, « les paroissiens se rassembleront dans les maisons des fidèles ».

Des enfants handicapés accueillis dans un orphelinat dépendant du diocèse de Zhengding, dans le nord de la Chine, que le gouvernement local cherche à saisir.

Les autorités civiles de la ville de Jinzhou, dans la province de Hebei, dans le nord de la Chine, ont autorisé Mgr Jia Zhiguo, évêque de Zhengding, à rouvrir les églises et un orphelinat sous condition d’interdire aux enfants l’entrée dans les lieux de culte. Mgr Jia Zhiguo a refusé de signer le document présenté par le gouvernement local, interdisant l’entrée dans les églises aux mineurs de moins de 18 ans, condition à la réouverture des lieux de culte au public. La décision des autorités locales survient alors que les églises sont à nouveau ouvertes dans la plupart des régions du pays, et que les célébrations publiques ont repris en respectant les restrictions sanitaires, après plusieurs mois de suspension durant la pandémie. Le document présenté à l’évêque « clandestin » exigeait d’interdire aux enfants de participer à tout programme organisé dans une église. Paul, un catholique de Zhengding, affirme que le document n’a pas été présenté qu’à l’évêque, mais à tous les catholiques. « Ils demandaient à tout le diocèse de le signer. Il a été demandé à toutes les paroisses de s’engager à interdire aux mineurs l’entrée dans les églises, condition exigée pour la réouverture des églises », souligne-t-il. Il ajoute que les autorités ont exploité la pandémie contre l’Église. « Cette demande d’exclure les enfants des églises n’a fait partie d’aucune autre restriction ailleurs dans le pays. Les autorités locales l’ont ajoutée d’eux-mêmes », dénonce-t-il. Une autre source, qui préfère rester anonyme, explique que les autorités ont déclaré qu’elles autoriseront la réouverture des églises si l’évêque signe le document. Sinon, elles ont menacé de réquisitionner l’évêché ainsi qu’un orphelinat pour enfants handicapés géré par le diocèse. Selon la source, Mgr Zia a déclaré qu’il ne signerait pas le document parce que « les portes de l’Église sont ouvertes à tous ».

Le gouvernement a déjà déplacé les enfants les plus âgés accueillis au sein de l’orphelinat. Seules les plus jeunes y sont toujours logés. Une source affirme que le gouvernement veut faire mentionner officiellement qu’il « achetait » l’orphelinat, mais qu’aucune somme ne serait versée. Le 6 juillet, Zhao, un catholique du diocèse, a confié que des négociations étaient en cours, mais que le gouvernement cherchait à saisir l’ensemble de l’orphelinat. « C’est scandaleux, c’est un déni complet de nos libertés religieuses et de nos droits, et cela contredit les valeurs constitutionnelles », dénonce-t-il. Il estime que les négociations en question ne devraient pas durer longtemps, et que le Parti communiste chinois trouvera une raison officielle d’exproprier l’orphelinat. Zhao ajoute également qu’un groupe de religieuses s’occupe des enfants en bas âge et des nouveau-nés de l’établissement, mais que les autorités exigent qu’elles travaillent sous leur supervision et qu’elles s’enregistrent auprès d’eux. « Sinon, elles seront forcées de partir. » Il a également été demandé à toutes les religieuses du diocèse de s’enregistrer auprès de l’Église officielle, « sinon il leur sera demandé de rentrer chez elles ». Le père Chang, un prêtre diocésain, souligne qu’il cherche à défendre la réouverture des églises pour tous, sans interdiction d’entrée pour les enfants. « Si le gouvernement ferme les églises, les paroissiens se rassembleront dans les maisons des fidèles », ajoute-t-il.

(Avec Ucanews, Hong-Kong)


CRÉDITS

DR