Eglises d'Asie

Hong-Kong : premières arrestations dans le cadre de la nouvelle loi sur la sécurité

Publié le 02/07/2020




Le 1er juillet à minuit, la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong-Kong est entrée en vigueur officiellement. La police a déjà mené plusieurs arrestations dans le cadre de cette nouvelle loi, lors de la marche traditionnelle du 1er juillet – organisée tous les ans depuis la rétrocession de Hong-Kong à la Chine, le 1er juillet 1997. En 2003, 500 000 personnes s’étaient déjà rassemblées contre une loi sur la sécurité, proposée par le gouvernement hongkongais. Ce mercredi, les manifestants ont montré leur opposition à la nouvelle loi malgré l’interdiction de rassemblement (justifiée pour raisons « sanitaires ») et les avertissements de la police. La première personne arrêtée dans le cadre de la nouvelle loi affichait une petite pancarte en faveur de l’indépendance de Hong-Kong.

Le 9 juin 2020 à Hong-Kong, un an jour pour jour après le début du mouvement de 2019 contre la loi sur les extraditions.

Quatre mille policiers vêtus d’équipements antiémeutes, la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong-Kong et une interdiction de rassemblements publics (pour des raisons « sanitaires ») n’ont pas pu empêcher plusieurs milliers de citoyens hongkongais de participer à la marche traditionnelle du 1er juillet. La première marche, organisée le 1er juillet 2013, avait déjà rassemblé 500 000 personnes contre une loi sur la sécurité, proposée par le gouvernement hongkongais. Ce mercredi, les manifestants ont montré leur opposition à la nouvelle loi imposée par Pékin, qui est entrée en vigueur le 1er juillet à minuit. De leur côté, les manifestants ont répété leurs demandes principales (« Cinq exigences majeures, pas une de moins »), revendiquées à de nombreuses reprises depuis le début du mouvement de protestation contre la loi sur l’extradition, en juin 2019. Parmi ces demandes, on compte particulièrement le suffrage universel et une enquête indépendante sur les violences policières commises en marge des manifestations durant l’année passée. À 14 heures, plusieurs centaines, puis plusieurs milliers de personnes s’étaient déjà rassemblées à Causeway Bay. Beaucoup de participants ont également chanté des hymnes et slogans comme « gloire à Hong-Kong » et « libérer Hongkong, une révolution de notre temps » ; d’autres ont appelé à l’indépendance hongkongaise – dans le cadre de la nouvelle loi, ces deux derniers slogans peuvent conduire à des arrestations pour « séparatisme ». En plus des avertissements sur l’interdiction de manifester, la police a également affiché des panneaux sur les violations visées par la loi sur la sécurité : « Ceci est avertissement. Vous affichez des drapeaux et des bannières, vous chantez des slogans ou vous vous conduisez dans l’intention de défendre la sécession ou la subversion, ce qui peut constituer une violation de la loi sur la sécurité nationale. » Afin de disperser la foule, la police hongkongaise a utilisé des canons à eau et du gaz lacrymogène – au moins 180 manifestants ont été arrêtés, dont au moins 7 dans le cadre de la nouvelle loi. La première personne arrêtée dans le cadre de la loi sur la sécurité affichait une petite pancarte en faveur de l’indépendance de Hong-Kong.

(Avec Asianews, Hong-Kong)


CRÉDITS

Studio Incendo