Eglises d'Asie

La sensibilisation contre la traite des êtres humains ajoutée au programme dans les écoles cambodgiennes

Publié le 15/01/2021




Les programmes scolaires au Cambodge comprendront des cours de sensibilisation sur le problème de la traite des êtres humains. Les élèves des écoles primaires et des collèges apprendront notamment les lois et les préventions en vigueur, et les différents types d’abus sévissant dans le pays, dont la servitude pour dette, la prostitution et le travail forcé. « L’éducation fait partie de la prévention », explique Chou Bun Eng, vice-présidente du Comité national pour la traite des personnes. « Si les gens hésitent encore à protéger les personnes vulnérables, il ne sera pas possible d’empêcher ce fléau. »

Les élèves cambodgiens seront sensibilisés sur les lois et les préventions contre la traite des êtres humains au Cambodge, et sur les différents types d’abus.

La traite des êtres humains a été ajoutée au programme scolaire au Cambodge, alors que les élèves retournent en classe pour une nouvelle année après de longues absences forcées en 2020, en raison de la pandémie. Ainsi, les élèves des écoles primaires et des collèges au Cambodge apprendront les lois et autres préventions contre la traite des personnes dans le pays, ainsi que les différents types d’abus, entre la servitude pour dette, la prostitution et le travail forcé. Le fléau sévit gravement au Cambodge, et les États-Unis ont menacé Phnom Penh de sanctions si le pays ne parvient pas à améliorer la situation cette année. « Le gouvernement cambodgien ne répond pas suffisamment aux standards minimums contre la traite des personnes, bien que des efforts significatifs soient constatés », a déclaré le département d’État américain dans son rapport annuel 2020, tout en dénonçant la corruption qui freine l’application des lois en vigueur, les poursuites judiciaires et l’aide aux victimes. Selon le département d’État, cette situation de corruption ne s’est pas améliorée au cours de l’année précédente.

260 000 Cambodgiens en situation d’esclavage moderne

« L’éducation fait partie de la prévention », explique Chou Bun Eng, vice-présidente du Comité national pour la traite des personnes. « Si les gens hésitent encore à protéger les personnes vulnérables, il ne sera pas possible d’empêcher cela. » Selon la Walk Free Foundation, une organisation internationale indépendante de défense des droits de l’homme basée en Australie, plus de 260 000 Cambodgiens, sur 16 millions d’habitants, subissent des conditions de travail s’apparentant à de l’esclavage moderne. Les enfants des parents en situation de servitude pour dette sont notamment forcés de travailler dans plusieurs milliers de fours à briques. Des jeunes femmes subissent des mariages forcés en Chine où sont forcées de travailler dans des maisons closes ; sans compter plusieurs milliers de Cambodgiens pris au piège dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et du textile. Chou Bun Eng a appelé les travailleurs migrants cambodgiens en Thaïlande à la prudence face aux courtiers corrompus qui organisent l’emploi à l’étranger.

« Les travailleurs migrants cambodgiens, où qu’ils soient, doivent veiller à éviter ces hommes qui promettent de leur faire traverser la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande, légalement ou illégalement, et qui leur promettent des emplois », dénonce-t-elle. La traite des personnes au Cambodge s’est aggravée durant la pandémie et avec la fermeture des frontières. Plus de 130 000 travailleurs cambodgiens sont revenus récemment au Cambodge où ils ont été placés en quarantaine pour deux semaines. Chou Bun Eng assure que des courtiers continuaient leurs activités malgré la crise sanitaire, en promettant de faire franchir la frontière et de fournir des emplois. « Nous demandons aux travailleurs d’écouter les autorités, que ce soit au Cambodge ou en Thaïlande. Si les autorités thaïlandaises demandent de ne pas se déplacer dans les régions où il y a eu des cas d’infection, respectez ces consignes. » Les nouveaux programmes de sensibilisation ajoutés dans les écoles cambodgiennes, précise-t-elle, permettront aux élèves de comprendre le rôle des écoles pour la prévention.

(Avec Ucanews, Phnom Penh)


CRÉDITS

DR