Eglises d'Asie

L’Association pontificale de la Sainte-Enfance lancée à Hong-Kong pour le mois missionnaire extraordinaire

Publié le 04/10/2019




L’Association pontificale de la Sainte-Enfance a été fondée par Mgr Charles de Forbin-Janson, évêque de Nancy, en 1843. L’un des premiers objectifs de l’association était de répondre aux besoins matériels de l’Église en Chine. À l’occasion du mois missionnaire extraordinaire, la paroisse Saint-Jérôme de Hong-Kong a lancé une première antenne de l’association afin de répondre à l’invitation du pape François. Vingt enfants ont été invités à participer à la mission, selon le slogan de l’association pontificale : « Les enfants aident les enfants, les enfants évangélisent les enfants. »

En réponse au lancement du mois missionnaire extraordinaire par le pape François, qui a débuté le 1er octobre, les paroisses de Hong-Kong ont créé une première branche hongkongaise de l’Association pontificale de la Sainte-Enfance, avec vingt enfants qui ont été invités à participer au travail missionnaire après avoir reçu une formation. Une première antenne a été créée dans l’église Saint-Jérôme, dans le district de Tin Shui Wai, avec des enfants âgés de 5 à 14 ans. Le jour de la fête de sainte Thérèse de Lisieux, le 1er octobre, ils ont été bénis et envoyés par leur curé. Sœur Sophia Rani, engagée dans la paroisse, explique que ce projet est une réponse à l’invitation du pape François, il y a deux ans, proposant un mois missionnaire extraordinaire afin de préparer l’Église universelle à célébrer le centième anniversaire de la lettre apostolique Maximum Illud sur la mission, publiée par le pape Benoît XV le 30 novembre 1919. La religieuse, membre des Sœurs missionnaires de l’Immaculée (PIME), est arrivée à Hong-Kong en 2012. Sœur Sophie s’est aperçue que les jeunes étaient très occupés par leurs études et qu’ils avaient peu de temps pour prier et réfléchir ; elle a également remarqué que beaucoup d’entre eux ne parvenaient pas à exprimer correctement leurs besoins. Elle explique qu’après avoir reçu une formation, les enfants seront invités à être missionnaires au sein de leurs propres familles, en particulier auprès des parents non baptisés. Les enfants peuvent ainsi partager leur foi avec leurs proches. « Aujourd’hui, malgré les multiples tensions sociales, la foi est quelque chose sur laquelle ils peuvent s’appuyer », ajoute-t-elle.

De son côté, Icy Chan, baptisée à Pâques, confie son espérance de voir ses enfants devenir des personnes qui « se préoccupent du monde qui les entoure ». En inscrivant son fils de cinq ans à l’association, elle voulait l’encourager à s’ouvrir aux besoins des autres enfants vivant dans d’autres pays. Ainsi, il pourrait comprendre sa chance de vivre d’une façon relativement aisée à Hong-Kong. Elle estime que l’âge de son fils n’est pas un obstacle et que les enfants ont leurs propres façons de faire les choses. Elle explique ainsi que son fils a pris l’habitude de prier avant les repas, même quand elle n’est pas là. Frances Lee, 8 ans, l’une des premières à avoir rejoint l’association, confie qu’elle voulait partager l’amour et la paix de Dieu avec les autres enfants, pour que beaucoup d’autres puissent apprendre à le connaître. Elle explique par exemple qu’elle sourie quand elle salue les gens et qu’elle essaye d’arrêter les disputes dans sa classe. Sa mère, Amelia Cheng, qui fait partie des quatre animatrices, explique que les enfants sont vraiment au cœur de l’association, avec le slogan « les enfants aident les enfants, les enfants évangélisent les enfants ». Elle ajoute que les animateurs sont simplement là pour les assister. Elle souligne que les enfants sont là pour partager leur foi, estimant que « toutes les missions devraient prendre racine dans l’amour de Jésus Christ ».

(Avec Ucanews, Hong-Kong)


CRÉDITS

DR