Eglises d'Asie

Le cardinal D’Rozario avec les enfants des rues pour la journée mondiale des pauvres

Publié le 20/11/2019




Le cardinal Patrick D’Rozario, archevêque de Dacca, a passé le dimanche 17 novembre au milieu des enfants des rues de la capitale bangladaise, à l’occasion de la journée mondiale des pauvres. Cette journée, voulue en 2017 par le pape François à l’issue du jubilé de la miséricorde, a été célébrée pour la troisième fois. Pour l’occasion, la Caritas régionale de Dacca a organisé une journée avec 120 enfants et adolescents, âgés de 5 à 18 ans et hébergés dans trois centres d’accueil baptisés « Dream Centres ». Les centres recueillent des mineurs abandonnés, orphelins ou de parents divorcés et ne pouvant s’en occuper.

Le dimanche 17 novembre, à l’occasion de la 3e édition de la journée mondiale des pauvres (voulue par le pape François en 2017, à l’issue du Jubilé de la miséricorde), le cardinal Patrick D’Rozario, archevêque de Dacca, a confié son espérance que les pauvres trouvent chez les catholiques des saints au quotidien. C’est pourquoi le cardinal D’Rozario a passé la journée du 17 novembre auprès des enfants de la rue, afin de souligner que les pauvres ne devaient pas être oubliés, et que leurs espérances ne seront jamais vaines. L’événement était organisé par la Caritas régionale de Dacca sur le campus de l’école agricole (Agricultural workshop and training School) de Mirpur. À la fin de la journée, l’archevêque de Dacca a rappelé aux volontaires et aux organisateurs que « Dieu n’oublie jamais le cri des pauvres ». « Ce dont ils ont besoin, c’est de l’amour, d’un sourire, d’une oreille attentive », a-t-il ajouté. « La spiritualité qu’ils expriment est très claire : Dieu les aime, ils ont confiance en Lui, Dieu passe à travers nous pour les aimer, et ils ont besoin d’amour par-dessus tout. » Environ 120 enfants étaient présents, âgés de 5 à 18 ans (musulmans pour la plupart), venus de trois centres qui accueillent des mineurs abandonnés par leurs parents, des orphelins et des enfants de parents divorcés qui ne peuvent pas s’en occuper.

Les enfants, a rappelé le cardinal, « gagnent leur vie en ramassant des objets parmi les déchets traînant dans la rue ». « Avant, ils vivaient dans la rue toute la journée », a-t-il précisé, ajoutant que grâce aux centres d’accueil, baptisés « Dream Centres », ils peuvent s’ouvrir à « un nouvel espoir ». L’archevêque s’est dit très impressionné par certains de leurs témoignages. Durant l’événement, un petit groupe de jeunes âgés de 12 à 15 ans a pris le micro pour raconter leur histoire devant tout le monde. Le cardinal a expliqué, en les écoutant, que même si ces enfants n’ont jamais entendu parler du message du pape François pour les pauvres, « la miséricorde de Dieu est visible dans leurs paroles ». « Dieu nous aime », a soutenu l’un d’entre eux. « Il nous aime à travers ceux qui nous ont hébergés, qui prennent soin de nous, qui nous écoutent, et qui sont proches de nous en montrant leur amour et leur affection. » Pour un autre, « Dieu tout-puissant a entendu nos cris et nous protège des tortures, des violences, des expulsions, et des abus que nous avons subis dans le passé en vivant dans la rue ». Une adolescente s’est également demandée : « Qu’est-ce qui m’arrivera quand je devrai quitter le foyer ? » Le cardinal D’Rozario a confié que la célébration a nourri leur espérance. Pour cette raison, il s’est dit reconnaissant envers le Saint-Père « pour son message de proximité et de solidarité envers les pauvres, car ils nous ont faits plus pauvres en esprit ».

(Avec Asianews)


CRÉDITS

DR