Eglises d'Asie

Le cardinal Ranjith appelle les fidèles sri-lankais à visiter les victimes des attentats à l’approche de Noël

Publié le 27/11/2019




Le dimanche 24 novembre, le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo, s’est adressé aux fidèles sri-lankais pour leur demander de penser aux victimes des attentats du dimanche de Pâques et à leurs proches, à l’occasion des fêtes de Noël : « Pour nous, ce Noël doit être l’occasion de penser à nos frères et sœurs, de prier pour eux et pour notre pays bien-aimé, et de travailler pour la paix, l’harmonie et la réconciliation. » Le cardinal Ranjith a rencontré le nouveau président Gotabaya Rajapaksa le 21 novembre ; à cette occasion, ce dernier a annoncé la création d’un nouveau comité chargé d’enquêter sur les attentats.

Le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo, en 2014, aux côtés de l’ancien président Mahinda Rajapaksa, frère du nouveau président Gotabaya Rajapaksa.

Le 24 novembre, le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo, a invité les fidèles sri-lankais à rendre visite aux familles des victimes des attentats du 21 avril durant les fêtes de Noël. Le cardinal Ranjith a appelé à profiter de cette période pour soutenir ceux qui ont perdu des proches, les enfants qui ont perdu leurs parents et tous ceux que les attaques du dimanche de Pâques ont laissé anéantis et brisés. « Beaucoup d’entre eux ne comprennent toujours pas pourquoi ils ont été visés et qui sont les responsables. Les autorités n’ont encore condamné personne suite à cette terrible tragédie », a-t-il rappelé. « Les coupables de ces actes n’ont pas été identifiés. La souffrance des familles des victimes a été d’autant plus grande à cause de l’incapacité des autorités à déterminer qui sont les responsables derrière ces horreurs », a dénoncé l’archevêque de Colombo. Ce dernier a ajouté que « face à tant de nos frères et sœurs qui souffrent toujours d’une peine immense », ce ne serait pas correct, pour les fidèles, de se contenter de célébrer la naissance du Sauveur, qui a voulu naître parmi les pauvres dans une humble mangeoire, de façon bruyante et festive. « Pour nous, ce Noël doit plutôt être l’occasion de penser au sort qui continue de frapper beaucoup de nos frères et sœurs, et de prier pour eux et pour notre pays bien-aimé ; c’est l’occasion de travailler pour la paix, l’harmonie et la réconciliation, auprès des différentes communautés vivant dans le pays. »

Sur 21 millions d’habitants, le Sri Lanka compte près de 70 % de bouddhistes, 10 % de musulmans et 7 % de chrétiens. « Entretenez les meilleures intentions à leur égard et si possible, rendez visite aux familles des victimes et priez pour eux. Faites-tout votre possible pour les aider à se sentir moins seuls. » Les attaques suicides du 21 avril ont été au cœur de la campagne présidentielle et de l’élection présidentielle du 16 novembre, tous les candidats ayant fait de la sécurité nationale une priorité dans leurs programmes. Le dimanche de Pâques 2019, un groupe de neuf terroristes affiliés au groupe extrémiste islamiste local NTJ (National Thowheed Jamath) s’est attaqué à trois églises et trois hôtels de luxe sri-lankais, causant 269 morts et plus de 500 blessés. Gotabaya Rajapaksa, frère de l’ancien président Mahinda Rajapaksa, est devenu le septième président de la république sri-lankaise le 16 novembre. Il était le candidat du principal parti d’opposition, le SLPP (Podujana Peramuna), dirigé par Mahinda Rajapaksa. Le nouveau président a rencontré le cardinal Ranjith le 21 novembre, en affirmant qu’une enquête officielle sur les attentats serait lancée, et en s’engageant à ce que les victimes obtiennent bientôt justice. Le président Gotabaya Rajapaksa a même demandé au cardinal Ranjith de nommer un représentant au sein du comité chargé de l’enquête. Pourtant, les dernières déclarations de l’archevêque de Colombo suggèrent qu’il reste sceptique. Le président Rajapaksa a souligné de son côté s’être « déjà engagé à empêcher qu’une telle chose se reproduise un jour dans le pays ».

(Avec Ucanews, Colombo)


CRÉDITS

DR