Eglises d'Asie

Le carême, temps de renouveau spirituel au Bangladesh

Publié le 29/02/2020




Près de 16 000 catholiques de la paroisse du Saint-Rosaire de Tejgaon, dans l’archidiocèse de Dacca, ont pris part aux cinq messes célébrées durant le mercredi des Cendres, le 26 février, premier jour du carême. Un véritable temps de « renouveau spirituel » pour les paroissiens comme Thomas Rozario, qui explique que c’est un temps de bénédictions qui l’aide toujours à grandir dans sa foi. Le curé de la paroisse, le père Subrato B. Gomes, explique avoir distribué 7 000 boîtes aux paroissiens pour les inviter à faire des offrandes aux pauvres durant le carême, en les invitant à « changer de cœur pour devenir des hommes nouveaux ».

La paroisse de Tejgaon, à Dacca, a distribué 7 000 boîtes aux fidèles à l’occasion du mercredi des Cendres, pour les inviter à faire des offrandes aux pauvres durant le carême.

Pour les fidèles qui ont participé à la messe du mercredi des Cendres, le 26 février dans la paroisse du Saint-Rosaire de Tejgaon, dans l’archidiocèse de Dacca, la période du carême est un véritable « temps de transformation spirituelle ». À travers la capitale bangladaise, les catholiques ont entamé les quarante jours de préparation à la fête de la résurrection du Christ en priant, en jeûnant et en faisant des offrandes aux pauvres. Ce mercredi, la paroisse du Saint-Rosaire a célébré cinq messes avant de pouvoir accueillir tous les fidèles. En tout, près de 16 000 personnes ont assisté aux célébrations à Tejgaon, dont l’église était toujours bondée pour chacune des messes des Cendres. « En général, je ne vais pas à la messe le dimanche, mais je ne manque jamais la célébration du mercredi des Cendres », explique Sobita Gomas. « J’ai retenu du sermon d’aujourd’hui que si je fais des sacrifices pour le Christ, ma foi deviendra plus pure. J’ai compris que le carême peut m’aider à devenir une meilleure catholique en pratiquant le jeûne et la prière », poursuit-elle. « Nous sommes entrés dans la période du carême qui m’aide toujours à grandir sur le plan spirituel », ajoute un autre paroissien, Thomas Rozario. « La prière et le jeûne m’aident à devenir plus modéré et obéissant envers Dieu. Pour moi, c’est vraiment une période très importante. » Le curé de la paroisse, le père Subrato B. Gomes, a rappelé à ses paroissiens que « le carême est un temps de prière et de jeûne, durant lequel nous participons au chemin de Croix afin de vivre et partager les souffrances endurées par le Christ sur la Croix et au Calvaire ». Le prêtre a également appelé les fidèles à se convertir. « Si vous vivez dans le péché, le carême ne peut pas être un temps de bénédiction pour vous », a-t-il souligné, en invitant les croyants à « changer d’état d’esprit et à changer de cœur pour devenir des hommes nouveaux ». Durant les messes célébrées à Tejgaon, 7 000 boîtes en papier affichant l’image du Christ en croix ont été distribuées aux paroissiens afin de les inviter à faire des offrandes aux pauvres et à tous ceux qui sont dans le besoin, avec l’argent du jeûne qu’ils auront pu économiser durant le carême. Sobita Gomas se réjouit de cette initiative, et explique vouloir éviter de manger de la viande ou même du poisson durant le carême. « Je vais aussi essayer de renoncer aux rickshaw [pousses-pousses électriques] si je peux marcher. »

(Avec Asianews, Dacca)


CRÉDITS

DR