Eglises d'Asie

Le chef de la Commission pour les droits des minorités visite le sanctuaire de Mariamabad

Publié le 10/04/2021




Le mercredi 7 avril, l’archevêque de Lahore, Mgr Shaw, s’est rendu au sanctuaire marial de Mariamabad, dans la province du Pendjab (à environ 115 km de Lahore), aux côtés de Muhammad Shoaib Suddle, responsable de la Commission pour les droits des minorités de la Cour Suprême pakistanaise. La venue du haut fonctionnaire était l’occasion d’évoquer l’historique du sanctuaire et les différents programmes rencontrés sur le site. Mgr Shaw a également remercié le gouvernement du Pendjab pour le financement d’une route de 4,1 km afin de faciliter la venue des pèlerins.

Le 7 avril, Mgr Shaw, archevêque de Lahore, a accueilli le chef de la Commission pour les droits des minorités de la Cour Suprême pakistanaise au sanctuaire de Mariamabad.

Le 7 avril, Mgr Sebastian Shaw, archevêque de Lahore, a accueilli Muhammad Shoaib Suddle, responsable de la Commission pour les droits des minorités de la Cour Suprême pakistanaise, qui s’est rendu au sanctuaire marial de Mariamabad, dans le nord du Pakistan. Le sanctuaire marial est situé dans l’un des plus anciens villages chrétiens du pays, dans le district de Sheikhupura (province du Pendjab), à environ 115 km de Lahore. Muhammad Shoaib Suddle est l’un des hauts fonctionnaires pakistanais les plus respectés dans le pays. Outre sa fonction à la tête de la Commission des droits des minorités de la Cour Suprême, il est également reconnu localement pour son expertise des réformes de la justice pénale et de la lutte contre le terrorisme en Asie du Sud. Il a été inspecteur général de la police du Gouvernorat de Sindh et de la province du Balouchistan, ainsi que responsable des premiers services de renseignements civils du pays.

Mariamabad, « la ville de Marie »

En saluant son invité, Mgr Shaw a expliqué à ce dernier comment le site est devenu un sanctuaire marial national il y a 80 ans, et une destination de pèlerinage majeure pour les chrétiens du Pakistan et de l’étranger. Depuis 1949, de nombreux pèlerins visitent le sanctuaire chaque année, en particulier du 7 au 9 septembre, à l’occasion de la fête de la Nativité de la Vierge. Muhammad Shoaib a demandé à l’évêque pourquoi, lors de sa fondation, le sanctuaire a pris le nom de Mariamabad. Mgr Shaw a expliqué que des chrétiens étaient venus sur le site depuis Sialkot pour chercher du travail dans des fours à briques. Le père Leonard, un missionnaire belge, aurait alors vu la Vierge Marie en songe, lui demandant de lui dédier le site, pour que les gens puissent y recevoir des grâces et bénédictions. D’où le nom Mariamabad, qui signifie « la ville de Marie ».

Pour cette raison, Mgr Emanuel Van Der Bosch, capucin, a acheté 60 hectares de terrain au gouvernement en 1882, pour 650 000 roupies, afin de fonder le premier village chrétien du pays – suivi par le village de Khushpur. Des fermiers sont ensuite venus à Mariamabad pour cultiver la terre, et aujourd’hui, le village compte 270 familles chrétiennes et quelques familles musulmanes. Plus de deux millions de pèlerins visitent le sanctuaire chaque année depuis tout le Pakistan. La grotte de Daman-e-Mariam, sur le site, est connue à travers l’Asie et pour la fête qui commémore chaque année la naissance de la Vierge. Outre les chrétiens, des pèlerins musulmans, hindous et sikhs viennent aussi régulièrement au sanctuaire. Durant sa visite, Muhammad Shoaib a évoqué les différents problèmes rencontrés sur le site. Mgr Shaw a notamment parlé d’un tribunal qui a imposé des restrictions sur certains pèlerins venant à Mariamabad. Il a également remercié le gouvernement du Pendjab pour avoir annoncé, en janvier, un projet de construction d’une route de 4,1 km pour relier Mariamabad à Sheikhupura, afin de faciliter la venue des pèlerins.

(Avec Asianews)


CRÉDITS

DR