Eglises d'Asie

Le diocèse de Hong-Kong et le Vatican victimes d’un piratage avant la reprise des négociations avec Pékin

Publié le 31/07/2020




Selon Recorded Future, une société américaine de cybersurveillance, le Saint-Siège et le diocèse de Hong-Kong ont été victimes d’un piratage informatique depuis mai 2020. Le groupe a accusé la Chine de la cyberattaque, commise via le groupe RedDelta lié au gouvernement chinois. Le piratage visait également d’autres organisations catholiques dont la Mission d’étude de Hong-Kong en Chine et l’Institut pontifical pour les missions étrangères (PIME). C’est la première fois que le Vatican est victime d’un piratage informatique chinois. L’attaque pourrait procurer à la Chine des informations déterminantes avant la reprise des négociations entre Pékin et le Saint-Siège.

Le groupe de cybersurveillance Recorded Future et son groupe Insikt ont découvert un piratage informatique ciblant le Vatican et le diocèse de Hong-Kong.

La Chine a été accusée de piratage informatique contre le Vatican, contre le diocèse de Hong-Kong et d’autres organisations catholiques, une opération qui aurait eu lieu depuis mai 2020. Le piratage apparaît comme une tentative de prendre le dessus dans les négociations entre le Saint-Siège et Pékin, qui doivent reprendre à partir de cette semaine, concernant un nouvel accord sur la nomination des évêques en Chine. La société américaine de cybersécurité Recorded Future et son groupe Insikt a utilisé des outils complexes d’analyse de données afin de découvrir l’espionnage informatique. « Depuis début mai 2020, le Vatican et le diocèse catholique de Hong-Kong, ainsi que plusieurs autres organisations catholiques, ont été ciblés par RedDelta, un groupe parrainé par la Chine et visé par le groupe Insikt », a déclaré Recorded Future dans un rapport. « Une série d’infiltrations de réseaux informatiques a également ciblé la Mission d’étude de Hong-Kong en Chine et l’Institut pontifical pour les missions étrangères [PIME]. Ces organisations n’avaient pas été déclarées publiquement comme des cibles des groupes de hackers chinois avant cette nouvelle campagne. » Un accord provisoire entre la Chine et le Vatican a été signé en septembre 2018, après de longues années d’efforts diplomatiques entrepris par le pape François et ses prédécesseurs, Benoît XVI et saint Jean-Paul II, dans le but de normaliser la nomination des évêques et d’unir toute l’Église en Chine en communion avec Rome.

Le Saint-Siège déterminé à poursuivre les négociations

Bien que les détails de l’accord soient restés secrets, il semble que le pape ait le dernier mot sur les candidats à l’épiscopat présentés par Pékin. Avant la nomination du candidat en question, des échanges informels doivent avoir lieu entre les deux parties, comme cela s’est produit à de nombreuses reprises au cours des dernières décennies. Les dernières négociations auraient eu lieu en novembre 2019, et elles n’ont pas pu reprendre en raison de la pandémie. Selon les derniers rapports, les négociations devaient reprendre à Rome avant fin juillet. Dans une interview récente avec une chaîne télévisée italienne, Mgr Claudio Maria Celli, qui fait partie des principaux négociateurs du Saint-Siège ayant permis à l’aboutissement d’un premier accord avec Pékin, le Vatican « veut avancer et poursuivre dans cette direction ». L’accusation de piratage collerait avec les programmes de cyberattaques chinoises de ces dernières années contre les réseaux des gouvernements et organisations à travers le monde.

La Chine a toujours vivement nié toutes les accusations de piratage informatique, mais les enquêtes des journalistes et experts continuent de prouver le contraire. Pourtant, c’est la première fois que le Saint-Siège a été identifié comme cible d’un piratage chinois. « L’infiltration suspectée permettrait à RedDelta de prendre les devants avant les négociations avec le Saint-Siège, avant le renouvellement de l’accord prévu en septembre 2020 », affirme le rapport de Recorded Future, qui ajoute que l’attaque contre la Mission d’étude de Hong-Kong en Chine et contre le diocèse de Hong-Kong apporterait « une source d’information non négligeable à la Chine concernant les relations du diocèse avec le Saint-Siège et concernant sa position sur le mouvement pro démocratie hong-kongais, surtout après le vote récent de la loi sur la sécurité nationale à Hong-Kong ». Les accusations de piratage risquent d’entraîner davantage d’oppositions à un nouvel accord entre Pékin et le Saint-Siège, notamment après une escalade de la répression religieuse malgré l’accord de 2018.

(Avec Ucanews)


CRÉDITS

Joseph Eddins / US Air Force