Eglises d'Asie

Le gouvernement du Pendjab finance la rénovation du sanctuaire marial de Mariamabad

Publié le 16/01/2021




Le 11 janvier au sanctuaire marial de Mariamabad, dans la province du Pendjab, Mgr Sebastian Shaw, archevêque de Lahore, a accueilli Chaudhry Mohammad Sarwar, gouverneur du Pendjab, afin de le remercier pour l’aide au développement du pèlerinage chrétien. Les autorités locales ont lancé un projet de rénovation destiné à soutenir le tourisme religieux dans la région, alors que le sanctuaire attire plus d’1,2 million de pèlerins chaque année. « La protection des lieux saints des minorités religieuses est la responsabilité du gouvernement. Le Pakistan défend les droits des minorités », a assuré le gouverneur.

Le 11 janvier, Mgr Sebastian Shaw, archevêque de Lahore, a accueilli Chaudhry Mohammad Sarwar, gouverneur du Pendjab, au sanctuaire marial de Mariamabad.

Plus d’1,2 million de pèlerins visitent chaque année le village de Mariamabad, dans la province pakistanaise du Pendjab. Les autorités locales ont investi dans un nouveau projet destiné à soutenir encore davantage le tourisme religieux et l’économie locale. Les fidèles se réjouissent notamment de la construction, ordonnée par Chaudhry Mohammad Sarwar, gouverneur du Pendjab, d’une route de 4,1 km de long depuis le district de Sheikhupura à Mariamabad, pour un coût de près de 66 millions de roupies pakistanaises (338 809 euros). Le gouvernement du Pendjab a également fait installer une station de filtration dans la paroisse de Sainte-Marie et Saint-Joseph, au sanctuaire marial de Mariamabad. Le programme comprend également la construction d’une hôtellerie pour les visiteurs, ainsi que l’accès au gaz et la réduction des coûts en électricité au sanctuaire.

Le 11 janvier, Chaudhry Sarwar a visité le sanctuaire avec Ejaz Alam Augustine, ministre des Droits de l’homme et des Affaires des minorités du Pendjab. À cette occasion, Mgr Sebastian Shaw, archevêque de Lahore, a présenté un turban, symbole d’honneur, au gouverneur, et des enfants ont jeté des pétales de rose sur les visiteurs. Le gouverneur du Pendjab a pris la parole en souhaitant des meilleures conditions d’accueil et de logement pour les pèlerins chrétiens et les touristes religieux à Mariamabad. « Heureusement, il y a des lieux saints pour toutes les religions au Pakistan, y compris pour les chrétiens et les sikhs – des pèlerinages qui génèrent entre 4 et 5 milliards de dollars par an via la promotion du tourisme. Si le site du pèlerinage bénéficie de meilleures conditions d’accueil pour les touristes, le nombre de visiteurs augmentera », a-t-il déclaré. « La protection des lieux saints des minorités religieuses est la responsabilité du gouvernement. Le Pakistan défend les droits des minorités. » Depuis 2007, le gouvernement du Pendjab a fourni un portail électronique et plus d’un millier de policiers afin de protéger le sanctuaire et les pèlerins. Le gouverneur Chaudhry Sarwar, qui dirige le Comité pour le tourisme et du patrimoine religieux, favorise ainsi la rénovation des lieux saints de toutes les religions présentes à travers la province, afin de soutenir le tourisme religieux.

Des milliers de pèlerins catholiques et musulmans à Mariamabad

En 2018, le Pakistan a facilité l’accès des pèlerins sikhs indiens à un sanctuaire pakistanais renommé, avec une nouvelle route traversant la frontière indo-pakistanaise, qui a été inaugurée par le Premier ministre Imran Khan. La route permet d’accéder directement au sanctuaire sikh de Kartarpur en traversant la rivière Ravi, près de la frontière. Le sanctuaire est construit sur un site historique où Guru Nanak (1469-1539), mystique et poète indien et fondateur du sikhisme, a établi une communauté sikh à la suite de ses voyages missionnaires. Guru Nanak est vénéré par les sikhs ainsi que par les musulmans, qui organisent des rituels afin de commémorer l’anniversaire de sa mort. De même, plusieurs centaines de milliers de pèlerins catholiques et musulmans viennent chaque année, en septembre à l’occasion de la fête de la Nativité de la Vierge, pour visiter le sanctuaire marial de Mariamabad. Selon leur tradition, des milliers de musulmans viennent y exprimer une dévotion personnelle à Marie, honorée dans le Coran comme la mère de Jésus, considéré comme un prophète. Chaque année, pour la fête, des tentes sont érigées pour loger les pèlerins restant au sein du sanctuaire.

En 1882, Mgr Emmanuel Won Dan Bush et un prêtre ont acheté 60 hectares de terrain afin de créer le village catholique. Aujourd’hui, des fidèles et des jeunes de tout le Pakistan rejoignent le sanctuaire par tous les moyens, y compris à pied ou à vélo, afin de venir prier au sanctuaire marial. Des cierges et des bâtons d’encens viennent entourer la statue de la Vierge, couverte de couronnes argentées et de dupattas (de longues écharpes portées en Asie du Sud). Les fidèles dansent au son des tambours, partagent leurs témoignages, participent à des prières de guérison, des chants de gospel et des chapelets. Des processions sont également organisées vers une grotte construite à l’image de la grotte de Lourdes.

Le pèlerinage annulé en septembre dernier

La rénovation des sites chrétiens faisait partie des priorités évoquées lors d’une rencontre organisée en juillet 2019 entre une délégation de la Conférence épiscopale pakistanaise et le Premier ministre Imran Khan. L’an dernier, l’archidiocèse de Lahore a contribué aux plans de rénovation du gouvernement au sanctuaire de Mariamabad. Mgr Shaw a tenu à remercier le gouverneur du Pendjab pour le développement du sanctuaire catholique. « Nous l’avons invité l’an dernier, mais il n’a pas pu venir à cause de la pandémie. Les trois jours de pèlerinage de septembre ont également été annulés, et il a été demandé à toutes les caravanes qui viennent chaque année de toutes les provinces de ne pas venir », explique l’évêque. « C’est un grand cadeau fait à l’Église locale. Ce sanctuaire est la fierté du Pakistan, nous essayons de le rendre toujours plus beau et plus spirituel. » La semaine dernière, le gouvernement du Pendjab a également alloué 50 millions de roupies afin de rénover l’église Saint-Antoine et la cathédrale de Lahore. Les autorités de la cité fortifiée de Lahore ont également promis de collaborer pour le nettoyage des églises et la rénovation des toits.

(Avec Ucanews, Lahore)


CRÉDITS

DR