Eglises d'Asie

Le père Biswajit Bernard Bormon, premier prêtre originaire de l’ethnie Koch, ordonné à Dacca

Publié le 01/01/2021




Le 30 décembre dans la cathédrale Sainte-Marie de Ramna, à Dacca, six diacres bangladais ont été ordonnés prêtres. Parmi eux se trouvait Biswajit Bernard Bormon, de la paroisse de Kewachala de Gazipur, le premier de la communauté ethnique Koch à devenir prêtre. Né hindou, il a été baptisé en 2002. Début décembre, à 32 ans, alors qu’il était encore diacre, il a également célébré le baptême de ses parents. Près de 117 000 membres de l’ethnie Koch vivent au Bangladesh. Plus d’un millier sont devenus chrétiens grâce à l’investissement des prêtres bangladais et des missionnaires.

Ce mercredi 30 décembre, six diacres bangladais ont été ordonnés prêtres dans la cathédrale Sainte-Marie de Ramna, à Dacca. Parmi eux se trouvait Biswajit Bernard Bormon, de la paroisse de Kewachala à Gazipur. Il est le premier de l’ethnie Koch à devenir prêtre catholique. Né hindou, le jeune prêtre de 32 ans a été baptisé en 2002. L’année suivante, il est entré au séminaire. Le 4 décembre dernier, ses parents ont également été baptisés – la célébration était présidée par leur propre fils, alors diacre. « Dans mon enfance, avant que je rencontre le père Dominique Sentu Rozario, je pensais qu’il n’y avait pas de chrétiens au Bangladesh, parce que je n’en avais jamais rencontré avant le père Dominique », explique le père Bormon. Le père Dominique Sentu Rozario, un prêtre diocésain, a commencé à prêcher auprès des non chrétiens en 1996 à Manikganj et Gazipur, avec l’aide d’un missionnaire PIME (Institut pontifical pour les missions étrangères).

Le père Bormon explique qu’il a voulu devenir prêtre après avoir rencontré le père Dominique. « Son travail, sa bonté, ses sacrifices et la sainteté de sa vie, tout cela m’a attiré. Je suis donc entré au séminaire pour être prêtre. Peu à peu, j’ai découvert la beauté de la vie sacerdotale », confie-t-il. « J’ai vu le père Dominique amener des séminaristes dans notre village pour un travail pastoral. J’ai alors constaté la beauté de la vie d’un séminariste. Ils visitaient les maisons à vélo et étaient amenés à servir et travailler avec bonté. Ils contribuaient à rendre le sourire aux gens. Ce sont des choses qui m’ont poussé à devenir prêtre. » Le père Bormon et son grand frère sont devenus chrétiens alors qu’ils étaient élèves au sein d’une école chrétienne. Leurs deux grandes sœurs sont encore hindoues. Le père Bormon célébrera une première messe le 8 janvier dans sa paroisse de Kewachala, en présence de ses sœurs hindoues et de ses proches.

117 000 Bangladais de l’ethnie Koch

Près de 117 000 membres de l’ethnie Koch vivent au Bangladesh. Plus d’un millier d’entre eux sont devenus chrétiens grâce au travail des prêtres bangladais et des missionnaires étrangers. « Contre toute attente, Dieu m’a choisi dès le sein de ma mère pour que je devienne prêtre », se réjouit le père Bormon, en partageant ses sentiments après son ordination. Sur son image d’ordination, on peut lire cette citation biblique : « Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations. » (Jérémie 1, 5) Quand ils sont devenus chrétiens, Biswajit Bernard Bormon et sa famille ont subi l’opposition de leurs voisins hindous. « Mon père était un madbor [un chef] dans notre village. Quand je suis devenu chrétien, nous avons rencontré beaucoup de problèmes. Les hindous se sont moqués de nous et nous ont mis à l’écart », explique-t-il. « Au séminaire, malgré les tentations et les problèmes que j’ai pu rencontrer, j’ai pu tout dépasser grâce à la bénédiction de Dieu. » En évoquant le baptême de ses parents, il souligne : « Il y a 18 ans, j’ai reçu le baptême. J’espérais que tous les membres de ma famille viennent à l’église ensemble, et le 4 décembre dernier, mon père et ma mère ont reçu le baptême de mes mains. C’était le plus beau jour de ma vie. Je suis heureux que mon baptême ait ouvert la voie à leur baptême. » Le même jour, le père Bormon a également renouvelé les vœux de mariage de ses parents. L’archidiocèse de Dacca compte 80 000 fidèles, dont 2 500 à Manikganj et Gazipur. La majorité des chrétiens sont d’anciens hindous et musulmans, dont des membres de l’ethnie Koch.

Le père Dominique Sentu Rozario souligne qu’il est très heureux de l’ordination sacerdotale du père Bormon. « Je n’ai pas les mots pour exprimer ce que je ressens quand je vois Biswajit Bernard Bormon devenir prêtre ! J’ai l’impression que ma vie missionnaire a porté des fruits. » Le père Dominique explique la façon dont il prêche l’Évangile. « La méthode d’évangélisation que je suis se fait par l’éducation. J’ai vu de la noirceur parmi les membres de la communauté indigène Koch, et j’ai prêché la Bonne Nouvelle auprès d’eux. Peu à peu, certains sont devenus chrétiens. Dans cette région, le Royaume de Dieu a un énorme potentiel de croissance », assure-t-il. Pour le père Dominique, les missionnaires italiens PIME ont également contribué à l’ordination sacerdotale de Biswajit Bernard Bormon. « Ils ont travaillé pour le développement spirituel dans cette région, et j’en suis reconnaissant. »

(Avec Asianews, Dacca)


CRÉDITS

DR