Eglises d'Asie

L’Église pakistanaise dénonce la profanation d’un temple hindou dans la province de Sindh

Publié le 31/01/2020




De nombreux responsables et militants catholiques pakistanais ont dénoncé la profanation d’un temple hindou, dans la nuit du 26 janvier, dans le district de Tharkarkar, dans la province de Sindh. L’attaque contre le temple de Mata Deval Bhittani a causé l’indignation des minorités religieuses du pays, déjà remontées suite à de nombreuses affaires de conversions forcées à l’islam d’adolescentes chrétiennes et hindoues. Le cardinal Joseph Coutts, archevêque de Karachi, a fermement dénoncé l’attaque qui trouble la paix interreligieuse, tout en affirmant que les relations restent souvent harmonieuses dans la région, entre la majorité musulmane et les minorités. Le père Saleh Diego, vicaire général de Karachi et directeur de la Commission nationale pour la Justice et la Paix, a également apporté son soutien à l’ensemble de la minorité hindoue.

Le temple hindou de Mata Deval Bhittani, dans la province de Sindh, a été profané le 26 janvier.

L’Église pakistanaise et de nombreux militants catholiques du pays ont dénoncé la profanation d’un temple hindou dans le district de Tharkarkar, dans la province de Sindh, dans le sud du Pakistan. L’attaque a causé l’indignation des minorités, déjà révoltées contre la conversion forcée à l’islam, quelques jours auparavant, d’une adolescente hindoue, Mehak Kumari. Le temple de Mata Deval Bhittani a été profané dans la nuit du 26 janvier, selon la plainte déposée par un homme hindou, Prem Kumar, auprès de la police locale. Les suspects, identifiés plus tard par la police comme de jeunes musulmans, ont également profané des statues de divinités hindoues qui se trouvaient dans le temple. Le cardinal Joseph Coutts, archevêque de Karachi, a fermement dénoncé leurs actes. « De telles attaques sont uniquement destinées à troubler la paix, alors que les relations entre la majorité musulmane et les minorités religieuses de la province sont généralement harmonieuses », a déclaré le cardinal Coutts. « Mais nous espérons que la police poursuivra les coupables selon la loi. » Le père Saleh Diego, vicaire général de l’archidiocèse de Karachi et directeur de la Commission nationale pour la Justice et la Paix, partage les propos de Mgr Coutts et apporte tout son soutien à l’ensemble de la minorité hindoue. « Nous sommes conscients que le temple de Mata Deval Bhittani est révéré par nos frères hindous, d’autant plus qu’il a été construit avec des matériaux provenant du temple jaïn de Khed. Nous appelons les autorités à s’occuper des causes profondes de ces violences religieuses qui affectent toutes les minorités vivant dans le pays », souligne le père Diego. Le Dr Sabir Michael, enseignant chrétien de l’université de Karachi et militant pour les droits de l’homme, affirme que la province de Sindh a enregistré un nombre croissant d’attaques contre les lieux de cultes de minorités religieuses. « Les minorités sont également découragées par les conversions forcées récentes d’adolescentes chrétiennes et hindoues à l’islam. Et maintenant, nous apprenons une attaque contre un temple. Cela ne fera qu’aggraver la situation », dénonce-t-il. Selon la police, quatre adolescents musulmans, âgés de 12 à 15 ans, ont avoué avoir participé à l’attaque contre le temple dans le but de voler de l’argent.

(Avec Ucanews, Karachi)


CRÉDITS

DR