Eglises d'Asie

Les catholiques pakistanais inaugurent l’année de la jeunesse 2020

Publié le 21/11/2019




Plus de mille jeunes, six évêques et une trentaine de prêtres, venus des sept diocèses du Pakistan, ont pris part à la cérémonie inaugurale de l’année de la jeunesse 2020, le 16 novembre à Lahore, dans la cathédrale du Sacré-Cœur. La célébration inaugurait une année spéciale voulue par l’Église locale, inspirée par la 15e assemblée générale ordinaire du synode des évêques, qui s’est tenue à Rome en 2018 sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».

Daniel Bashir, un pharmacien de 29 ans de l’archidiocèse de Karachi, fait partie des 36 jeunes auditeurs qui ont participé au synode sur la jeunesse qui a eu lieu à Rome en octobre 2012. Le 16 novembre dernier, il était également aux côtés de plus de mille jeunes catholiques pakistanais, venus des sept diocèses du pays, qui ont pris part à une cérémonie inaugurale de l’année de la jeunesse 2020, dans la cathédrale du Sacré-Cœur de Lahore. Cette année a été spécialement dédiée à la jeunesse pakistanaise, sur proposition de Daniel Bashir et de Mgr Samson Shukardin, évêque d’Hyderabad, lors d’une rencontre avec le cardinal, archevêque de Karachi. Daniel Bashir s’était fait connaître en 2018, lors du synode des évêques, après un selfie avec le pape devenu viral. La photo avait été rapidement reprise dans tous les médias pakistanais, et le jeune chrétien s’était retrouvé sur le devant de la scène. « Seule l’éducation peut aider la communauté minoritaire à sortir du cercle vicieux de la discrimination et de la marginalisation. Nos jeunes peinent à trouver des emplois décents. Ils sont également souvent écartés des prises de décision importantes au sein des conseils paroissiaux. Ils ont besoin d’être guidés et acceptés », explique Daniel Bashir. Ses propos sont partagés par Mgr Shukardin, qui participait à la cérémonie du 16 novembre à Lahore aux côtés de cinq autres évêques et d’une trentaine de prêtres, pour inaugurer l’année de la jeunesse sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » – en lien avec le titre de la 15e assemblée générale ordinaire du synode des évêques. Pour l’occasion, les Filles de Saint-Paul, qui dirigent la communication de cinq diocèses sur sept au Pakistan, ont dévoilé la traduction en ourdou de Christus vivit, l’exhortation apostolique post-synodale publiée par le pape François à l’issue du synode de 2018. Après la cérémonie, les jeunes ont jeté des pétales de fleurs durant une procession du clergé vers le lycée Saint-Antoine adjacent. Ils ont ensuite organisé des danses traditionnelles bhangra, au son des dhols (tambours indiens), entre autres animations, avant de réciter la prière officielle de l’année de la jeunesse 2020.

« L’Église ne peut pas fonctionner sans vous »

Mgr Shukardin, coordinateur du programme de l’année de la jeunesse, et Mgr Sebastian Shaw, archevêque de Lahore et président de la Commission nationale de la jeunesse, se sont adressés aux jeunes. « C’est votre journée. Nous voulons vous accompagner. L’Église ne peut pas fonctionner sans vous. Maintenant, c’est à vous de jouer », a confié Mgr Shukardin. « Nous savons que vous voulez vivre malgré les injustices, la pauvreté et le capitalisme dominants. Beaucoup deviennent toxicodépendants face à la dépression ou aux violations des droits de l’homme. Certains ne peuvent pas continuer leurs études après le collège. L’Église doit créer un environnement où les jeunes peuvent progresser. » Dans une lettre pastorale, Mgr Shukardin a également invité le clergé, les associations laïques et autres groupes d’Église à « redoubler d’efforts pour former des responsables, des meneurs et des directeurs spirituels qui peuvent accompagner les jeunes et les aider à faire dace aux défis actuels dans leur vie quotidienne ». « Nous devons également travailler à la responsabilisation des jeunes dans l’Église, en leur faisant confiance et en les formant pour l’annonce de la Parole de Dieu et des valeurs chrétiennes par les médias, la musique, l’art et le sport », a-t-il ajouté. Dans un message vidéo partagé sur les réseaux sociaux, Mgr Joseph Arshad, archevêque d’Islamabad-Rawalpindi, a invité les parents et animateurs à guider les jeunes. Il a rappelé que parmi les principales difficultés qu’ils rencontrent, les jeunes sont notamment touchés par un manque d’accès à l’éducation supérieure et au chômage, ainsi que par un manque de formation religieuse et de connaissance des services d’Église.

(Avec Ucanews, Lahore)


CRÉDITS

Kamran Chaudhry