Eglises d'Asie

Les entreprises publiques chinoises ont perdu près de 60 % de profits au cours du premier trimestre

Publié le 23/04/2020




Entre janvier et mars 2020, la vente de produits pétroliers raffinés a chuté de 20 % à la suite de la chute des prix du pétrole ; le secteur automobile chinois a quant à lui perdu 30 % de profits comparé au premier trimestre 2019, comme de nombreux autres secteurs industriels publics du pays. Afin de faire face aux conséquences économiques du coronavirus et du confinement sur le chômage et sur les revenus des ménages chinois, le gouvernement a annoncé une série de mesures, notamment en étendant les indemnités de chômage à près de 300 millions de travailleurs migrants, le groupe le plus touché par la crise dans le pays.

Au cours du premier trimestre 2020, les entreprises publiques chinoises ont perdu presque 60 % de leurs profits à cause de la pandémie et du confinement. Selon le Conseil d’État, les profits engendrés par les entreprises publiques du pays se sont ainsi établis à environ 330 milliards de yuans, soit 46 milliards d’euros. Ce mardi 21 avril, le ministère des Finances a également déclaré que fin mars, la dette totale des entreprises publiques s’élevait à presque 65 % de leurs actifs (soit 0,2 % de plus que l’année précédente). La chute est notamment due à la baisse des demandes intérieures et étrangères. La pandémie a gravement entravé la chaîne de valeurs globale, menée par la Chine au cours des dernières décennies, en tant que grande puissance industrielle. Le secteur automobile chinois a perdu 30 % de ses profits comparé au premier trimestre 2019. La chute des prix du pétrole a également frappé l’industrie pétrolière nationale : la vente de produits raffinés a chuté de 20 % entre janvier et mars. Les entreprises industrielles publiques du pays emploient près de 57 millions de personnes. Leurs pertes ont donc des conséquences lourdes sur les niveaux de chômage. En mars, le taux de chômage dans les régions urbaines était de 5,9 %, soit un peu mieux que le taux enregistré au cours des deux premiers mois de l’année (6,2 %), mais toujours plus élevé que les moyennes enregistrées l’an dernier.

Ainsi, Caixin, un groupe de presse économique chinoise, rapporte que le groupe Hisense, un fabricant d’appareils électroménagers, prévoit de licencier 10 000 personnes. Par conséquent, les revenus de nombreuses familles chinoises ont diminué à la suite de ces résultats inquiétants. Selon le Bureau national des statistiques, en mars, le revenu moyen par habitant était de 8 561 yuans (1 113 euros) – un chiffre en baisse de 3,9 % par rapport à 2019. Afin de faire face aux conséquences sur le chômage et à la chute des ressources des ménages, le gouvernement a annoncé une série d’initiatives. Avec notamment, pour la première fois dans l’histoire du pays, des indemnités de chômage qui doivent être étendues à près de 300 millions de travailleurs migrants, les plus touchés par la crise. Selon les derniers chiffres annoncés, cependant, les secteurs de l’industrie, du bâtiment et de la vente au détail ont vu leurs profits rebondir en mars, alors que la Chine continue de lutter contre les conséquences économiques de la crise sanitaire.

(Avec Asianews, Pékin)


CRÉDITS

DR