Eglises d'Asie

Les évêques asiatiques à Cox’s Bazar pour une solution à la crise des Rohingyas

Publié le 21/02/2019




Une délégation de la Fédération des conférences épiscopales asiatiques (FABC) a rendu visite au camp de Kutupalong, dans le district de Cox’s Bazar dans le sud du pays, où sont accueillis de nombreux réfugiés dont au moins 750 000 Rohingyas. Du 11 au 17 février, les évêques asiatiques ont pu écouter les témoignages des personnes déplacées afin de tenter de trouver une réponse à la crise.

Une délégation du Bureau pour le développement humain (OHD) de la Fédération des conférences épiscopales asiatiques (FABC) a rendu visite à Cox’s Bazar, une large région du sud du Bangladesh où sont accueillis au moins 750 000 réfugiés Rohingyas. Leur visite, organisée du 11 au 17 février, s’est terminée par un communiqué officiel de la délégation, invitant la communauté internationale à trouver en urgence une solution diplomatique aux crises des réfugiés qui se poursuivent à travers l’Asie. Le but de la visite des évêques était avant tout d’écouter les migrants et entendre leurs témoignages. Le groupe était mené par le cardinal Patrick D’Rozario, archevêque de Dhaka et président de la conférence des évêques du Bangladesh, ainsi que Mgr George Kocherry, envoyé du Vatican. La délégation comprenait d’autres membres originaires de onze pays différents, dont Francis Atul Sarker, directeur général de la Caritas bangladaise, James Gomes, directeur régional de Caritas à Chittagong (Cox’s Bazar) et Naoko Maruyama, coordinatrice régionale de la section Migrants et Réfugiés du Saint-Siège. Le cardinal D’Rozario a exprimé son soutien pour le travail effectué par la Caritas bangladaise, en particulier pour la protection des enfants déplacés. Rien qu’au camp de Kutupalong, où se sont rendus les évêques, l’organisation catholique a installé une dizaine d’espaces pour l’accueil des enfants réfugiés.

Pour Mgr Gervas Rozario, responsable de la commission épiscopale Justice et Paix de la conférence des évêques du Bangladesh, « il est formidable de voir tout le travail mené par l’équipe pour permettre aux Rohingyas de vivre durablement et dignement dans les camps, même si le gouvernement considère cette situation comme temporaire ». Vraiment, « si on regarde en arrière, quand les premiers réfugiés Rohingyas sont entrés dans le pays, ils étaient particulièrement agressifs et craintifs. Mais aujourd’hui, alors que les opérations de développement se poursuivent dans les camps, ils s’ouvrent davantage aux idées nouvelles pour leur permettre d’améliorer leur séjour ». De son côté, Mgr George Kocherry, nonce apostolique au Bangladesh, a déclaré que « le pape François se soucie profondément des réfugiés ». Après avoir rendu visite au camp, il a confié que « nous devrions parler de la joie de ces gens au monde entier plutôt que d’évoquer sans cesse leur tristesse. Voyez leur joie et témoignez-en ». L’archevêque de Dhaka a également remercié le gouvernement bangladais pour sa générosité et son soutien aux réfugiés. La visite de la délégation de la FABC a également permis aux évêques asiatiques présents de remercier la Caritas pour avoir su créer des conditions dignes pour les réfugiés tout en respectant l’environnement, depuis le début de la crise il y a un an et demi.

(Avec Asianews)


CRÉDITS

Mohammad Tauheed