Eglises d'Asie

Les évêques malaisiens célèbrent la diversité à l’occasion de la fête de l’indépendance

Publié le 03/09/2019




Dans une lettre adressée à tous les Malaisiens, les neuf évêques catholiques de Malaisie ont voulu marquer la « Hari Merdeka », la fête nationale qui commémore, le 31 août, la Déclaration de l’Indépendance (1957) et la formation de la Malaisie (1963). Dans leur lettre, les évêques célèbrent la diversité ethnique, culturelle et religieuse malaisienne, en rappelant aux Malaisiens que les religions sont censées enrichir une nation et non être utilisées comme une force qui divise. La population de Malaisie est composée de presque 32 millions de personnes, dont plus de 60 % de musulmans et seulement 4 % de chrétiens. Malgré la petite minorité des chrétiens, les évêques insistent pour inviter les fidèles à « construire des ponts » et à agir en faveur de l’unité du pays.

Les neuf évêques malaisiens ont publié une lettre afin de célébrer la diversité malaisienne, une nation multiethnique, multiculturelle et multireligieuse, en rappelant aux citoyens malaisiens le sens profond de la Hari Merdeka, la fête nationale qui commémore, le 31 août, la Déclaration de l’Indépendance (1957) et la formation de la Malaisie (1963). Dans leur lettre, les évêques mettent en garde les Malaisiens contre les divers maux qui menacent le pays, « en particulier concernant ceux qui cherchent à privilégier une communauté contre l’autre, s’attaquant à la structure même de notre société ». « Les croyances religieuses sont censées enrichir une nation, mais malheureusement, elles sont souvent utilisées comme une force qui divise. C’est un contre-témoignage et une déformation de la vérité qui est au cœur de toute foi religieuse. Il est inquiétant de voir que des gens s’en tirent facilement en proférant des propos à la limite de l’incitation à la haine, alors que ceux qui dénoncent cette situation sont persécutés », poursuivent les évêques.

« Pourquoi notre société est-elle devenue si divisée ? Quand les autorités et les diverses communautés dépensent tout le temps et leur énergie à se disputer et à appeler à la haine et à la méfiance, on peut se demander quel exemple ils montrent pour la nouvelle génération ? À quel genre de société sommes-nous en train de donner naissance ? » La population de Malaisie est composée de presque 32 millions de personnes, dont plus de 60 % de musulmans. Au quotidien, les frontières entre les diverses communautés ethniques et religieuses sont clairement définies, et les politiques identitaires jouent un rôle influent. Les catholiques représentent seulement 4 % de la population, mais les évêques mettent en valeur l’importance de leur engagement civil. « En tant que chrétiens, notre foi ne consiste pas seulement à prier et à faire de bonnes actions. Nous sommes appelés à construire des ponts, et non des murs. Que ce soit en politique, dans les relations interethniques, face aux crises économiques ou aux disputes familiales ou communautaires, nous devons être des artisans de paix, pour trouver un terrain d’entente et favoriser un dialogue respectueux », demandent les évêques.

Construire l’unité dans la diversité

« Les décisions et les choix que nous posons tous les jours en tant que chrétiens doivent refléter notre engagement permanent envers la Malaisie, avec son caractère unique et sa diversité. Nous devons tous jouer un rôle afin de contribuer à la construction de notre pays – et cela se traduit en construisant des liens d’unité solides entre les différentes confessions et ethnies, en assurant que la justice soit la base de notre société », insistent-ils. « Évitons d’accuser ou de calomnier les Malaisiens d’autres origines ou confessions. Combien de fois nous sommes-nous montrés méfiants ou avons-nous porté un jugement contre des personnes qui ne partagent pas notre foi ? Nous devons prendre l’initiative de créer une plus grande unité pour le bien de notre pays, en refusant de participer à la destruction de la structure même de notre diversité. » En conclusion, les évêques demandent : « Face à ceux qui portent de fausses accusations contre nous, ne réagissons pas de façon négative. À travers nos actions, nous pouvons être le rayon de lumière qui permette aux autres de voir le Christ à travers nous. De même, nous devons également apprendre à faire confiance, à construire l’unité et à marcher ensemble aux côtés de nos frères malaisiens, parce que nous formons un seul peuple. Nous sommes tous dans le même bateau, quelle que soit notre origine ou notre religion, et nous traversons les mêmes épreuves ensemble. Prenons le même cap, et continuons de planter des graines d’unité, pour maintenir la paix, favoriser la réconciliation et la construction de notre nation. C’est de cette façon que nous donnerons un véritable sens à Hari Merdeka et à ce que cela signifie d’être Malaisiens. »

(Avec Asianews, Kuala Lumpur)


CRÉDITS

DR