Eglises d'Asie

Naissance d’un mouvement national en faveur d’une nouvelle volonté politique

Publié le 11/07/2019




Le Mouvement national populaire (National peoples’ movement – NPM) a été créé en décembre dernier dans le but de défendre l’unité du pays, l’harmonie religieuse et ethnique et la réconciliation nationale. Le mouvement cherche également à développer une nouvelle volonté politique, à identifier les personnalités les plus capables de diriger le pays et à soutenir la représentation des femmes au Parlement. Le NPM envisage de prendre part aux prochaines élections présidentielles de décembre. C’est dans ce cadre que le mouvement a présenté ses objectifs au public la semaine dernière.

Le mouvement NPM a été fondé le 18 décembre 2018 par deux organisations, Deshodaya et le mouvement UPM (United professionals movement), qui ont rassemblé 17 groupes composés d’intellectuels, de professionnels, d’entrepreneurs, de jeunes et de communautés villageoises. « Le Sri Lanka est en crise », explique le dirigeant du mouvement NPM, Vinya Ariyaratne. « Nous devons nous protéger contre les candidats incompétents, corrompus et égocentriques, qui étouffent notre pays depuis 70 ans [depuis l’indépendance de 1948] et qui nous empêchent de révéler tout notre potentiel », ajoute-t-il. « Tous les citoyens sri-lankais, malgré la richesse de nos ressources naturelles, s’appauvrissent, tandis que les dirigeants, leurs familles et leurs amis amassent les richesses en volant les biens du pays, et en le plongeant dans la dette au détriment des autres. » Actuellement, NPM ressemble simplement à un think tank, et le mouvement n’a pas encore décidé de s’engager directement en politique. Mais c’est une possibilité que ses membres considèrent sérieusement, sous la forme d’un parti politique. Pour l’instant, « nous définissons un plan d’action et nous attendons les retours », explique Vinya Ariyaratne. Le but est d’inciter les gens à « agir, notamment aux côtés des gouvernements locaux, pour amener les autorités à être plus à l’écoute des citoyens ». C’est pourquoi « nous devons d’abord transformer les habitudes en incitant les électeurs à devenir plus actifs en tant que citoyens. De plus, nous espérons identifier de futurs candidats pour les prochaines élections, notamment des jeunes, des femmes et des représentants des minorités ». Pour le père Joseph Srinath (OMI), le NPM est « avant tout un groupe de professionnels qui veulent s’investir et s’engager pour assurer au pays un véritable gouvernement, qui puisse le développer et mettre fin à la corruption ».

(Avec Asianews)


CRÉDITS

DR