Eglises d'Asie

Pékin : au moins trois millions de petits commerces ont fermé leurs portes en 2020 à cause du Covid-19

Publié le 04/03/2021




Selon une nouvelle étude, au moins 3 millions de petits commerces chinois ont fermé entre janvier et novembre 2020. Selon le rapport de cette étude, les petites entreprises sont celles qui ont le plus souffert de la pandémie, d’autant plus qu’elles n’ont pas bénéficié de la croissance chinoise (+2,3 %), la plus élevée des principales économies mondiales après Taïwan. Les secteurs du tourisme et de la restauration font partie de ceux qui ont rencontré le plus de difficultés. Selon les chiffres officiels de 2019, en Chine, un petit employeur embauche en moyenne 2,37 travailleurs.

Au moins trois millions de petits commerces chinois ont fermé leurs portes entre janvier et novembre 2020, selon les résultats d’une étude réalisée par la société Qichacha. Les conclusions du rapport ont été rapportées ces derniers jours par plusieurs médias chinois et hongkongais. Selon l’étude, les petites entreprises sont celles qui ont le plus souffert des conséquences de la pandémie, d’autant plus qu’elles n’ont pas profité de la relance économique et de la croissance chinoise, certes modérée (+2,3 %), mais malgré tout la plus élevée (après Taïwan) parmi les principales économies mondiales. Les propriétaires des petits commerces ont été particulièrement affectés dans les provinces de Jiangsu, de Guangdong et de Shandong. Les secteurs du tourisme, du bien-être, de la restauration et de la formation sont ceux qui ont rencontré le plus de difficultés. Les conséquences de ces fermetures se ressentent sur le plan de l’emploi. Selon les chiffres officiels de 2019, un petit employeur embauche en moyenne 2,37 travailleurs.

L’étude indique également que l’activité dans le secteur des services en Chine a progressé en février à son rythme d’activité le plus faible en dix mois. Les entreprises ont souffert face à la faiblesse de la demande en raison de la crise sanitaire et face à une hausse des coûts. L’indice d’activité des directeurs d’achat (PMI) pour les services, calculé par le cabinet IHS Markit et publié par le groupe de médias Caixin, qui mesure l’activité dans les services en Chine, est tombé à 51,5 points en février, contre 52 le mois précédent (alors que l’indice était en constante augmentation depuis avril 2020). Un indice supérieur à 50 indique que l’économie est en expansion. En dessous, c’est un signe de contraction. En revanche, selon l’enquête, après six mois de progression, le sous-indice de l’emploi s’est contracté en février à 47,9, ce qui indique que les commerces ont procédé à des licenciements.

Cette crise de l’emploi et cette perte de vitesse semblent liées à de nouveaux cas de Covid-19 apparus dans plusieurs provinces. Par ailleurs, les demandes provenant de l’étranger continuent d’être affectées par la situation sanitaire. Le secteur des services, plus affecté que l’industrie par les mesures sanitaires comme les quarantaines et la distanciation physique, est plus lent à se relever. Face à des perspectives économiques encore incertaines, la plupart des analystes estiment que le gouvernement ne publiera pas les chiffres de prévision de croissance économique cette année. Les plans économiques nationaux seront présentés le 5 mars lors de l’ouverture de la session annuelle de l’Assemblée nationale populaire chinoise. Le Premier ministre Li Keqiang présentera le nouveau plan sur cinq ans (2021-2025) ainsi qu’un plan sur quinze ans (correspondant aux objectifs de Xi Jinping de doubler le PIB national et le PIB par habitant d’ici 2035).

(Avec Asianews, Pékin)


CRÉDITS

DR