Eglises d'Asie

Poursuite du mouvement de résistance, malgré une escalade de la répression

Publié le 16/02/2021




Des chars et des véhicules blindés patrouillent dans les rues principales des grandes villes birmanes, notamment à Naypyidaw, Rangoun, Sittwe et Myitkyina, où des manifestations se poursuivent. Un amendement législatif qui permet de fouiller et arrêter les citoyens sans mandat et la prolongation de trois jours de la détention provisoire d’Aung San Suu Kyi inquiètent la population.

La junte militaire birmane, qui a pris le pouvoir le 1er février, augmente le niveau de répression du mouvement populaire de contestation, qui ne semble pas faiblir. Lundi, des chars et des véhicules blindés patrouillaient dans les rues de Rangoun. Après la défection de plusieurs groupes de policiers, qui ont fini par sympathiser avec les manifestants, c’est désormais l’armée qui remplace la police pour maintenir l’ordre. L’avocat d’Aung San Suu Kyi, qui devait normalement comparaître lundi devant un juge, a déclaré que le procès de la cheffe du gouvernement avait été reporté de trois jours, jusqu’à mercredi. La dirigeante du mouvement prodémocratie birman est assignée à résidence depuis le premier jour du coup d’État et inculpée de violation de la loi d’import-export pour avoir détenu illégalement des talkies-walkies.

Une série de changements législatifs autorise désormais les fouilles et arrestations sans mandat. Les participants aux manifestations risquent officiellement jusqu’à 20 ans de prison. De lourdes peines d’emprisonnement sont également prévues pour toux ceux qui font circuler des informations via les réseaux sur le mouvement de désobéissance civile. Malgré la répression de plus en violente, des étudiants en ingénierie et en technologie se sont rassemblés aujourd’hui au nord de Rangoun. Certaines chaînes de télévision ont diffusé des images de soldats traînant au travail le personnel des chemins de fer et des employés de banque qui manifestaient dans la rue. Lundi, pour la neuvième journée consécutive, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue dans différentes villes du pays, notamment la capitale Naypyidaw, Rangoun, Sittwe et Myitkyina.

(Avec Asianews, Rangoun)


CRÉDITS

DR