Eglises d'Asie

Seth Sarana, la Caritas de l’archidiocèse de Colombo, vient en aide aux plus démunis affectés par le coronavirus

Publié le 09/04/2020




Dans les villes confinées, les villages isolés et parmi les millions de Sri-Lankais enfermés chez eux, la quarantaine imposée par le gouvernement aggrave le niveau de pauvreté dans le pays. Le gouvernement n’a encore appliqué aucune solution pour venir en aide aux personnes qui ont perdu leur travail et qui peinent à nourrir leurs familles. Aucune distribution alimentaire d’urgence n’a été mise en place et tout est laissé aux initiatives individuelles. À ce jour, la pandémie semble contenue dans le pays, avec 180 infections confirmées, dont six décès et 38 guérisons, mais l’aide d’urgence aux plus démunis face à la crise reste un problème majeur.

« Nous entendons les appels à l’aide des personnes affectées par le Covid-19, et nous essayons de venir en aide à tous ceux qui en ont besoin, en particulier en distribuant des aides alimentaires », confie le père Lawrence Ramanayake, directeur de Seth Sarana, la Caritas de l’archidiocèse de Colombo. Récemment, le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo, a appelé le clergé et les fidèles de son archidiocèse à fournir toute l’aide humaine et matérielle nécessaire aux nombreux Sri-Lankais qui souffrent des circonstances exceptionnelles entraînées par la pandémie. « Aidez ceux qui souffrent, donnez-leur à manger en ces temps difficiles », a-t-il déclaré. « Ces efforts sont destinés avant tout à ceux qui ont perdu leur travail et aux malades. Et pour les catholiques, c’est d’autant plus important en cette période pascale », a ajouté le cardinal Ranjith. Face à la crise sanitaire, l’archevêque a appelé les fidèles à venir en aide à ceux qui sont en difficulté, qu’ils soient catholiques ou non. Pour lui, « il ne doit y avoir aucune division face à de telles situations d’urgence ». Le couvre-feu imposé par le gouvernement a rendu la vie difficile au Sri Lanka ces derniers jours. Beaucoup de magasins ont été fermés, et même ceux qui ont de l’argent ne peuvent pas sortir pour acheter ce dont ils ont besoin au quotidien. « Le plus grand problème pour nous, c’est le manque de main d’œuvre pour les transports. Ceux qui pourraient nous aider sont forcés de rester enfermés chez eux », déplore le père Ramanayake. « Dans de telles conditions, les pères missionnaires qui vivent au siège de l’archidiocèse sont d’une grande aide, ainsi que les fidèles qui parviennent à rejoindre nos centres », assure-t-il. « Ils sont allés de magasin en magasin pour trouver du riz, du dhal [curry de lentilles], de la farine, des haricots verts, des raviolis, des céréales, du café, du thé et autres produits alimentaires essentiels, afin de les distribuer à ceux qui en ont besoin. Il y a même une entreprise, Atlas, qui contribue en donnant du sucre. »

(Avec Asianews, Colombo)


CRÉDITS

DR