Eglises d'Asie

Un nouveau recteur pour le sanctuaire de Panjora, de plus en plus populaire

Publié le 08/02/2019




Le sanctuaire catholique le plus populaire du pays, au village de Panjora dans le district de Gazipur est consacré à saint Antoine de Padoue. Le 1er février à l’occasion de la fête du saint, la cérémonie présidée par le cardinal Patrick D’Rozario, archevêque de Dhaka, a rassemblé plus de 80 000 pèlerins de toutes confessions. La fête était précédée d’une neuvaine de messes et de prières qui a également rassemblé plusieurs milliers de fidèles. Les pèlerins affluent de plus en plus au sanctuaire dans ce pays à large majorité musulmane, alors que les chrétiens représentent moins de 0,5% de la population sur 160 millions d’habitants.


La nomination récente d’un nouveau recteur pour le sanctuaire catholique le plus populaire du pays, dédié à saint Antoine de Padoue, a suscité l’affluence de nombreux pèlerins lors de la fête du sanctuaire, le 1er février. Près de 80 000 pèlerins sont venus prier et honorer le saint au village de Panjora, dans le district de Gazipur. La célébration a été présidée par le cardinal Patrick D’Rozario, archevêque de Dhaka. Des milliers de fidèles ont patienté pour pouvoir toucher et embrasser la statue du saint à cette occasion. Beaucoup sont également venus offrir des cierges, des ornements, de l’argent, des pigeons ou des lapins en guise d’offrandes, espérant voir leurs prières exaucées. Le sanctuaire a organisé une neuvaine de prières et de messes avant la fête, qui a également rassemblé des milliers de pèlerins. Selon les responsables du sanctuaire, le nombre croissant des pèlerins est notamment dû à la meilleure gestion du sanctuaire, dont l’agrandissement du site, une sécurité renforcée et de la nourriture bon marché ainsi que la nomination d’un premier recteur résident pour le sanctuaire. L’archidiocèse de Dhaka a nommé le prêtre diocésain Lenoard Poresh Rozario, 72 ans, afin de s’occuper du sanctuaire et d’accueillir les pèlerins toute l’année, suite aux demandes répétées des fidèles. Le prêtre a rejoint le sanctuaire le 18 janvier. « Je suis heureux de rejoindre le sanctuaire Saint-Antoine pour accompagner les pèlerins et les groupes qui viennent prier ici pour vénérer ce grand saint. Je suis là pour les aider à travers la confession, les temps de méditation et de réflexion, et en apportant un soutien spirituel dans les diverses difficultés auxquelles ils sont confrontés », confie-t-il. « Durant longtemps, j’étais plus attaché à la vie monastique, recluse. Ce nouveau rôle me convient mieux. »

« Les pèlerins ne repartent jamais les mains vides »

Rabeya Beggum, 40 ans, musulmane et mère de deux enfants, est venue depuis le district de Munshiganj pour rendre grâce pour les « grandes bénédictions » qu’elle a reçues. « Durant cinq ans, après mon mariage, je ne parvenais pas à avoir d’enfants. Je suis venue prier ici et j’ai promis de venir apporter une offrande si cela m’était accordé. Aujourd’hui, je suis mère de deux enfants et j’essaie de venir tous les ans. » Rosaline Gomes, 56 ans, une mère catholique du district de Rajshahi, est venue avec cinq paires de pigeons. « Mes prières ont été accordées par l’intercession de saint Antoine. Tous ceux qui se tournent vers lui avec une grande foi ne repartent jamais les mains vides », ajoute-t-elle. Le pèlerinage est le plus grand rassemblement chrétien annuel au Bangladesh, où les chrétiens représentent moins de 0,5 % des 160 millions d’habitants du pays. Selon les historiens de l’Église, la dévotion à saint Antoine de Panoue remonte à plusieurs siècles. La légende raconte qu’une petite statue du saint est apparue et réapparue à plusieurs reprises à l’emplacement du sanctuaire actuel, et que les gens ont rapidement commencé à venir y prier. Dom Antonio, un prêcheur catholique bengali, aurait également contribué à faire connaître le sanctuaire. Dom Antonio, fils d’un roi hindou, avait été enlevé par des pirates et vendu à un missionnaire catholique portugais qui l’avait converti. Antonio a appris le catéchisme, les langues, la musique et la danse, et il est devenu un prêcheur reconnu. Il aurait contribué à la conversion de milliers d’hindous de castes inférieures dans le quartier de Bhawal à Dhaka, où se trouve le sanctuaire, et qui compte beaucoup de chrétiens. Saint Antoine est né à Lisbonne, au Portugal, le 15 août 1195. Il a été ordonné prêtre avant de devenir franciscain. Il était connu pour ses prédications, pour son amour inlassable pour les pauvres et les malades, et pour sa connaissance des Écritures. Il est mort en 1231 à l’âge de 35 ans à Padoue, en Italie. Il a été canonisé un an plus tard.

(Avec Ucanews, Dhaka)


CRÉDITS

Stephan Uttom / Ucanews