Terme(s) recherché(s) :


Mgr Qian Huimin, évêque « officiel » de Nankin, meurt d’une attaque cardiaque

18 mars 2010
Mgr Joseph Qian Huimin, évêque « officiel » de Nankin, est mort d’un infarctus du myocarde le 20 mai à l’âge de 82 ans. Environ cinq cents catholiques ont assisté à la messe de requiem concélébrée le 22 mai par onze prêtres.


Nouvelle règlementation officielle pour l’élection et l’ordination des évêques


En application de la nouvelle organisation adoptée en septembre 1992 à la quinzième conférence des représentants catholiques chinois (1), les responsables du collège des évêques chinois et ceux de l’Association patriotique catholique ont tenu à Pékin, du 20 au 22 février 1993, une première réunion conjointe. Le numéro 2 (1993) du périodique L’Eglise catholique en Chine en donne un bref compte rendu. Celui-ci ne contient pas le texte du « projet de règlement » pour l’élection et l’ordination d’un évêque qui a circulé en Chine au lendemain de la réunion conjointe. Il s’agit, semble-t-il, d’un document encore « réservé », mais il circule à Hongkong où il est parvenu clandestinement.


Les catholiques se sont rassemblés malgré les barrages de police pour la messe-anniversaire de Mgr Fan Xueyan


En dépit des restrictions officielles, des milliers de catholiques sont venus prier sur la tombe de Mgr Pierre Joseph Fan Xueyan le 14 avril 1993, pour le premier anniversaire de la mort de cette grande figure de l’Eglise clandestine de Chine.


Jiangxi : une retraite de carême interrompue par les autorités locales


Le 18 février 1993, dans le village de Tongyuan, près de Linchuan dans la province de Jiangxi, quatre représentants des autorités locales ont fait irruption dans une maison de prière privée, où une centaine de catholiques réfractaires à l’Eglise officielle achevaient une retraite de trois jours préparatoire au carême.


A mesure que la corruption s’aggrave, le ras-le-bol de la population atteint des proportions inquiétantes


Sous le double poids de changements économiques rapides et d’une corruption de plus en plus incontrôlée, une grande partie de la population chinoise manifeste les signes de plus en plus clairs d’un « ras-le-bol » généralisé. Au début du mois de juin 1993, pour la première fois, le gouvernement chinois a admis qu’il y avait eu de violentes émeutes paysannes dans la province du Sichuan. Les rapports s’accumulent sur l’agitation sociale parmi les ouvriers, la corruption dans les services de police, les escroqueries financières de toutes sortes. De puissantes forces de déstabilisation semblent avoir été libérées dans le pays par les réformes économiques de Deng Xiaoping.


Xinyang : la communauté chrétienne privée d’évêque depuis 1950 continue d’augmenter


Le diocèse de Xinyang, dans la province du Hénan, qui n’a plus d’évêque depuis 1950, a deux fois plus de fidèles qu’à cette date.


Débats entre catholiques autour d’un institut de guérison par une méthode psychique


Dirigé par un catholique, M.Cheung Kim-ming, assisté de nombreux bénévoles catholiques, l’institut « Energie humaine et universelle » attire des disciples, suscite des interrogations et des critiques, tandis que l’autorité du diocèse recommande la prudence sans prendre position.


Nombreuses vocations sacerdotales en dépit des obstacles


Au cours d’une journée d’étude organisée à Hongkong le 19 mai, le Père John Tong Hon, directeur du centre d’étude Saint-Esprit du diocèse de Hongkong, a fait le point sur la situation des séminaires en Chine aujourd’hui, en distinguant les établissements ouverts par l’Eglise officielle, avec l’autorisation des autorités civiles, et les « séminaires du silence », de l’Eglise clandestine.


Un festival international de la famille


Avec Nairobi, Manille, Melbourne, Tokyo et Séoul, Hongkong a été choisi comme l’un des lieux où se célébrera, les 5 et 6 juin 1993, le festival international de la famille. L’organisation de la fête a été confiée au mouvement international Focolari.


Mgr Casimir Wang Milu, évêque « clandestin », relâché un an avant l’expiration de sa peine


Les autorités chinoises ont relâché le 14 avril 1993 l’évêque catholique Casimir Wang Milu (1). Il se trouve aujourd’hui en liberté conditionnelle dans son pays natal, commune de Gangu, province de Gansu.